Une mobilisation contre l'obligation vaccinale main dans la main avec les soignants sanctionnés

coronavirus
manifestation contre obligation vaccinale
©Thierry Philippe
Ils sont mobilisés plus que jamais. Plusieurs centaines de personnes étaient réunies ce samedi 23 octobre à Sainte-Rose contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale. Militants, syndicalistes, simples citoyens mais également soignants brandissaient des pancartes.

La lutte contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale est loin de faiblir. Ce samedi 23 octobre, plusieurs organisations syndicales se sont donnés rendez-vous, à Sainte-Rose pour la 13ème manifestation contre l'obligation vaccinale avec cette fois-ci une particularité : une marche main dans la main avec les soignants sanctionnés.

©Thierry Philippe

Aujourd’hui, pour continuer à pratiquer leur métier, médecins, soignants, pompiers et professionnels sociaux doivent disposer d’un statut vaccinal complet. Et selon la loi du 5 août 2021, s’ils ne respectent pas cette obligation, leur contrat est suspendu.

En d'autres termes, si à ce jour, ils ne peuvent justifier de l'administration d'une des deux doses de rigueur, pour un schéma vaccinal complet, ils doivent être suspendus de leurs fonctions comme cette professionnelle de santé qui doit l'être dans quelques jours. 

Carole Marchand, pharmacienne biologiste hospitalier

©Guadeloupe

Une "première réponse" contre l'interpellation de Claudine Maraton

Hier, jeudi 22 octobre, ayant participé à une manifestation contre le pass sanitaire devant le Centre hospitalier de Basse-Terre (CHBT), la secrétaire générale de l'UTS-UGTG, Claudine Maraton avait été interpellée et placée en garde à vue pendant plusieurs heures "pour rébellion" lors d'une manifestation.

Elle est ressortie libre dans l'après-midi. Cette manifestation est également une "première réponse" face à cette interpellation selon Elie Domota. 

Elie Domota, porte-parole du LKP

©Guadeloupe

Les manifestants ont d'ores et déjà annoncé qu'ils continueraient leur mobilisation tant que la loi sur l'obligation vaccinale serait d'actualité.