Une motion pour dénoncer les atteintes physiques et morales contre les soignants du CHUG

santé
Motion des soignants du CHUG
“Non aux agressions verbales et physiques”. C’est l’intitulé de la motion des médecins du CHUG. Cette motion répond au mouvement de grève contre l’obligation vaccinale, et les dérives subies sur les établissements de soin. Aujourd’hui, ils souhaitent l'intervention des autorités

Le personnel soignant déjà touché et éprouvé par une quatrième vague épidémique très violente, subit aujourd'hui des agressions physiques et verbales. Ceci, dans le contexte de contestations face l’obligation vaccinale.

Le personnel soignant victime de plusieurs actes de violence

La Commission Médicale d'Établissement (CME) du Centre hospitalier universitaire de la Guadeloupe, a donc décidé de sortir du silence et a signé ce samedi 2 octobre, une motion contre ces excès.

“La contestation de la loi sur l'obligation vaccinale dans les établissements de soins…. ne saurait justifier les entraves à la circulation à l'intérieur de l'établissement et les actes de malveillance envers les soignants…”

En effet, plusieurs médecins se plaignent d’avoir été victimes d’insultes à leur encontre. D’autres auraient retrouvé leur véhicule dégradé en fin de service, selon le professeur Pascal Blanchet. Par ailleurs, jeudi dernier, l'UTS-UGTG avait déclenché un mouvement de grève. La section syndicale avait bloqué le pôle logistique de l’hôpital situé à Terrasson aux Abymes. Cela s’ajoute à la plainte déposée par le directeur du CHUG contre l’ancien secrétaire de l’UTS-UGTG pour menace de mort.

Un appel à la cessation de ces agissements

Aujourd’hui, la CME appelle à la cessation de ces agissements.

“Nous sollicitons les autorités sanitaires, préfectorales et politiques pour que de telles intimidations ne puissent plus jamais se reproduire et que les conditions soient enfin réunies pour donner des soins dans la sérénité”

Aujourd’hui, les soignants du CHUG souhaitent avant tout reprendre les soins de patients non Covid retardés par la crise sanitaire.

VOIR AUSSI : Entretien avec le Professeur Pascal Blanchet, président de la CME du CHUG

©Guadeloupe