Une semaine de l'EPS : pour lier la parole aux actes

sport
semaine de l'EPS
©J-M. Mavounzy
Mise à profit par le Syndicat National de l'Education Physique pour souligner la réalité de l'EPS en Guadeloupe, et singulièrement celle des sections sportives scolaires, la semaine de l'EPS se termine par une conférence de presse du syndicat ce vendredi

 
Pour le SNEP-FSU, cette journée doit avant tout permettre de valoriser les sections sportives. Coordonnées dans chaque établissement par les enseignants d'EPS, sous l'autorité du chef d'établissement, ces sections sont en effet un réel atout pour permettre aux élèves de bénéficier d'un entraînement plus soutenu dans une ou plusieurs discipline(s) sportive(s) proposée(s) par l'établissement scolaire, tout en suivant une scolarité normale. Il en existe une version portant le label d’excellence sportive pour les sportifs de haut niveau.
Ces sections sportives doivent répondre à une politique académique qui est présentée chaque année devant le Comité Technique Académique. Une dynamique académique qui doit répondre à un certain nombre objectifs :
- recherche d'inclusion ;
- développement de la mixité ;
- lutte contre le décrochage scolaire.
- lisibilité et cohérence de l’implantation territoriale.
 
Il faut savoir que, à la rentrée 2020/2021, l'Académie comptaint pas moins de 48 sections sportives. Un résultat qui marque certes une volonté de maintenir ces unités, car, malgré la fermeture de 11 d'entre elles, 5 ont été ouvertes et il y aurait de nombreusess demandes formulées pour l’ouverture de sections sportives d’excellence.
 
SNEP FSU
©J-M. Mavounzy

Cette semaine consacrée à l'EPS donne donc au SNEP-FSU l'occasion de regretter des situations qui ne permettent pas pour autant de faciliter l'exercice :

Aucune analyse n'a été réalisée par le groupe de pilotage académique concernant les groupes d’activités physiques et de sports support des sections :
- faible représentation des sections féminines (2), artistiques (0), des sports de raquette (1), de combat (1), d’entretien (0), gymnique (1), natation (1), en lycée (5)
- surreprésentation des sports collectifs (23)
- la présence de double sections dans le même groupe d’activité (6)
- Aucune mise en perspective du groupe de pilotage par rapport à des indicateurs de pratique fédérale et une éventuelle volonté de diversification des pratiques pour favoriser une terre de sport en Guadeloupe.
- Aucune mention par le groupe de pilotage d’une politique de formation afin de favoriser l’encadrement par les enseignants d’EPS de certaines sections et dans certains secteurs.
- Aucune analyse de l’implantation territoriale des sections sportives : Îles du Nord (3) Îles du sud (1) Sud Grande Terre (7) Nord Grande Terre (3) Cap Excellence (11) Nord basse Terre (11) Sud Basse Terre (10)

Agnès Ramier, professeur d'Education Physique

Mais le syndicat tenait aussi à se réjouir, notamment à propos de la création en lycée, dans le cadre de la nouvelle configuration du baccalauréat, d'une spécialité EPS. Elle doit permettre de générer des parcours de réussite pour les élèves non pas seulement vers la filière STAPS mais vers des filières professionnelles, techniques que le syndicat souhaite voir intensifier.