Une visite de la ministre des Outre-mer en Guadeloupe à la fois symbolique et politique

politique
Commémoration abolition de l'esclavage, 27 mai 2022
Commémoration abolition de l'esclavage, 27 mai 2022 ©Eddy M. Golabkan
La visite de la ministre des Outre-mer en pleine campagne des Législatives n’est pas passée inaperçue dans la sphère politique locale. Les oppositions ont souligné une visite électoraliste, même si la ministre et son entourage s’en défendent.

La nouvelle ministre des Outre-mer, Yaël Braun-Pivet, a participé, hier, aux cérémonies de l’abolition de l’esclavage au Fort Louis Delgrès, à Basse-Terre. Pour la ministre faire vivre la mémoire de toutes les histoires de France est important. Au-delà du mémoriel, Yaël Braun-Privet arrive dans un territoire où la situation politique est complexe.

Renouer le contact avec les élus en place.

Une visite symbolique en pleine période de réserve électorale.
La ministre des Outre-mer a rencontré tour à tour, Jocelyn Sapotille, président de l’association des maires de Guadeloupe, Guy Losbar, le président du Département et Ary Chalus, président de région. L’occasion pour la locataire de la Rue Oudinot d’évoquer sa feuille de route et d'aborder les grands dossiers de l'archipel.

Aujourd'hui, ce qui m'importe c'est de rétablir une pleine égalité républicaine pour les citoyens qui vivent en Outre-mer, qu'ils aient accès, comme tous les citoyens de la République, au service public essentiel. Et donc, m'assurer de cela... C'est la vie chère, c'est pour la Guadeloupe, évidemment, reprendre avec les élus le dossier de l'accès à l'eau.

Yaël Braun-Pivet, ministre des Outre-mer

La vie chère, l’eau ou encore la situation sanitaire. Autant de dossiers discutés... Plus que le fond, les élus de Guadeloupe ont jaugé, voire évalué la feuille de route de la locataire de la Rue Oudinot, mais aussi l’état d’esprit de Yaël Braun-Pivet. 

Ce qui est surtout important, c'est dans quel état d'esprit et quelle est cette vision nouvelle des rapports entre les territoires d'Outre-mer et le gouvernement. C'est ce que j'ai toujours prôné et j'ai une certaine satisfaction que nous puissions aller dans ce sens.

Guy Losbar, président du Conseil départemental

J'espère qu'elle prendra vraiment en main les grands dossiers de la Guadeloupe. Ce n'est pas la ministre qui compte, mais la feuille de route qu'on lui donne, c'est ce qui est le plus important. 

Ary Chalus, président du Conseil régional

Une visite saluée par les élus mais qui pour certains se veut incontestablement politique. Pour la fédération socialiste de la Guadeloupe, au-delà de l’aspect mémoriel, la visite de la ministre se veut aussi un appui aux candidats de la majorité présidentielle engagés dans les élections législatives.

En pleine période électorale, même si le calendrier permet lorsqu'il s'agit d'événements mémoriels, on peut faire ça. Mais nous ne sommes pas dupes. Personne n'est dupe.

Victorin Lurel, sénateur PS de Guadeloupe

Il faut dire que Yaël Braun-Pivet est arrivée en terrain délicat. Les Guadeloupéens ayant exprimé leur profond désaccord avec la politique d’Emmanuel Macron lors de l’élection présidentielle.