Violences urbaines : le volet politique de l'enquête

justice
Conférence de presse du procureur de la République
©E. Stimpfling
La proximité d’élus de Guadeloupe avec les personnes incriminées dans l’enquête, suite aux violences urbaines perpétrées dans le contexte de crise sociale, interpelle. Ary Chalus et Olivier Serva ont reçu ces hommes, les pensant aptes à représenter la jeunesse locale et à désamorcer la crise.

Comme précédemment annoncé, l’affaire ouverte par le Parquet de Pointe-à-Pitre, sur un présumé système mafieux à l’origine des violences urbaines perpétrées entre novembre et décembre 2021, comporte plusieurs tiroirs.

Pour rappel, dans le cadre de cette enquête, huit personnes ont été interpelées et sept d’entre elles ont été mises en examen et incarcérées pour "association de malfaiteurs en vue de commettre crimes et délits en bande organisée", dont un fonctionnaire de police.

Penchons-nous cette fois sur les liens supposés ou réels entre des chefs de gangs et des personnalités politiques locales. Des éléments sont désormais entre les mains des deux juges d’instruction, en charge du dossier

Eric Stimpfling a aussi suivi cette piste. Voici son reportage :

©Eric Stimpfling - Guadeloupe La 1ère

Nous avons consacré une série d'articles à ce dossier. Des écrits que nous vous proposons de consulter ici :