guyane
info locale

Valoriser la forêt en Outre-mer

environnement
Le palais Iéna, siège du CESE
Le palais Iéna, siège du CESE ©CC
Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) vient de publier un avis sur la valorisation de la forêt française. Le groupe de l’Outre-mer du Cese y a largement contribué.
La France est le troisième pays le plus boisé de l’Union européenne, avec 25 millions d’hectares. Neuf d’entre eux se trouvent en Outre-mer, dont huit millions d’hectares boisés pour la seule Guyane, qui est recouverte principalement de forêt dite primaire.

La forêt « contribue activement à la préservation des équilibres écologiques, des écosystèmes et de la biodiversité puisqu’elle stocke le carbone, purifie l’eau, enrichit les sols et offre des habitats propices à la faune et à la flore. Enfin, elle génère une grande diversité d’activités : touristiques, cynégétiques, sportives, scientifiques… » souligne l’avis du Cese.

La délégation à l’Outre-mer du Cese a élaboré une contribution relative à la valorisation des forêts ultramarines dans laquelle elle propose notamment d’améliorer la connaissance statistique des forêts et de mettre en place un mécanisme compensatoire à l’inéligibilité de la Guyane au dispositif REDD pour lutter contre la déforestation.

Ci-dessous, la présentation de la contribution de la délégation à l’Outre-mer par son rapporteur Rémy-Louis Budoc (membre du Cese, directeur développement durable et aménagement du territoire à la CCI de Guyane, conseiller régional de Guyane) :

La valorisation de la forêt française. Contribution délég. Outre-mer du cese

 

Publicité