publicité

Fin 2012, la papillonite en recul

Finalement il n’y a pas eu de pullulation de papillons cendres au mois d’octobre comme prévu. S'il y a lieu de se réjouir, pour la Cellule permanente d’Observation et de Prévention de la Papillonit, il convient néanmoins de rester vigilant.

© CROPP
© CROPP
  • Par Catherine Lama
  • Publié le , mis à jour le
Le 7ème bulletin de la CROPP (La CROPP est un dispositif coordonné par le PNRG pour le compte de la Région Guyane) est paru ce mois ci. Il se montre rassurant quand à la gestion du phénomène de papillonite que connait notre région depuis 2ans. Sur les 4 pullulations attendues cette année, il y en aura eu véritablement que 2. Cependant, difficile selon les scientifiques d’affirmer s’il s’agit d’une régulation naturelle ou du résultat des traitements sur le papillon.

Des mesures préventives bien appliquées

Le cycle biologique d’Hylesia metabus dure trois mois, les pullulations du fameux papillon aux cendres urticantes étaient donc attendues en janvier, avril, juillet et octobre, essentiellement sur le littoral. La CROPP a mis en place dès le mois d’avril une communication autour des actions préventives et de lutte auprès des habitants et des municipalités. Les recommandations ont été bien suivies tant sur le plan préventif  notamment sur la gestion de l’éclairage de nuit que sur le plan des actions de destruction des chenilles dès leur apparition. Cela aura permis d’éviter les contaminations importantes connues en 2011 qui avaient grandement perturbé les habitudes de vie des guyanais.

La vigilance reste de mise et la recherche continue

Toutefois, la CROPP recommande de garder les bons réflexes de prévention, en clair de rester vigilant. Les papillons cendres peuvent disparaître durant des mois, des années puis ressurgir. Il convient alors d’être en mesure d’adopter les bons réflexes.
Ces bons résultats n’empêchent pas la recherche de continuer pour trouver les moyens de réguler le phénomène de la papillonite. Parmi ces moyens l’utilisation d’un insecticide biologique le Bti susceptible de tuer les chenilles du papillon qui va faire l’objet de tests en laboratoire. 

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play