guyane
info locale

La Région a 30 ans

politique
La cité administrative régionale de Guyane
©CR Com
La Région a atteint l'âge de la maturité, 30 ans. Mais cette encore jeune institution qu'est la Collectivité  régionale va devoir passer la main en 2015 au profit de la collectivité unique. Qu'aura apporté la Région au pays Guyane pendant trois décennies?
L'outre-mer constitue souvent un laboratoire pour l’expérimentation de politiques et en 1983, ce fut le cas avec la mise en place des conseils régionaux dans les 4 régions d’outre-mer, soit 3 ans avant celles de France hexagonale ( 1986).
Les régions n’étaient jusqu’à cette date que des établissements publics régionaux et devenaient par la loi de décentralisation de Mars 1982 des collectivités territoriales de plein exercice.

30 ans, 6 mandatures, 3 présidents

L’histoire des 30 ans de la Région Guyane est marquée  par plusieurs périodes politiques, par des actions réalisées dans le cadre des compétences dévolues par les lois de décentralisation à cette institution et enfin par des événements politiques majeurs.
Au plan politique, 6 mandatures ont émaillé  la vie  politique locale :
  • ·         1983-1986
  • ·         1986-1992
  • ·         1992-1998
  • ·         1998-2004
  • ·         2004-2010
  • ·         2010 à nos jours ( à noter que cette mandature s’achèvera en 2015 par la mise en place de la Collectivité unique )
Trois présidents ont dirigé l’institution régionale :
-       Georges Othily de 1983 à 1992
-       Antoine Karam de 1992 à  mars 2010
-       Rodolphe Alexandre depuis mars 2010

Des actions économiques et sociales

La Région a construit 10 des 14 lycées que compte la Guyane, les derniers en date étant : le lycée Raymond Tarcy de St Laurent du Maroni, le lycée Léopold Elfort de Mana, le lycée Elie Castor de Kourou et le lycée Lama /Prévot de Rémire/Montjoly. D'autres établissements devraient voir le jour dans l'ouest et dans l'île de Cayenne où s'exerce une forte pression démographique.
La construction d'infrastructures et dans bien des cas le rattrapage d'équipements publics reste la préoccupation de l'exécutif régional. Cela concerne la formation comme les routes ou encore la culture et le sport. Parmi les réalisations  le centre AFPA du Larivot, les ponts de Mana et du Mahury, les routes de Régina/St Georges,d'Apatou, le Palais Régional Omni Sports Georges Théolade, le Marché d'intérêt Régional (MIR), l'Ensemble Culturel Régional (ENCRE). 
L'échangeur de Balata actuellement en construction à la périphérie de Cayenne constitue un chantier important pour réguler une circulation qui se densifie chaque jour davantage dans ce secteur.

Le développement de la politique européenne et amazonienne

Beaucoup des équipements cités plus haut ont pu être réalisées dans le cadre des fonds structurels européens (FEDER, FESE). Mais la Région a aussi tissé des relations des relations avec les autres régions ultrapériphériques et avec ses proches voisins au travers de programmes comme le programme INTERREG IIIC qui se réfère explicitement au renforcement de la coopération entre les Régions  Ultrapériphériques (RUP) : Açores, Canaries, Guadeloupe, Guyane, Madère, Martinique, Réunion et le Programme opérationnel AMAZONIE qui concerne les états de l’Amapa, du Para et de l’Amazonas au Brésil et le  Suriname. 

Des événements politiques majeurs

Quelques événements politiques majeurs ont marqué la Guyane durant ces trois décennies et la Région en aura été un des principaux acteurs.
En premier lieu, le vote  «  historique » le 14  février 1984 du 1er plan de développement économique régional par le conseil régional ; plan élaboré par les guyanais  en tenant compte des besoins du territoire et dont le planificateur était Jean-Marie Michotte.
Le 27 février 1999 : Le Conseil régional et le Conseil général de Guyane adoptent un « document d'orientation pour un pacte de développement ». Ce document marque une étape historique dans le développement de la Guyane et ouvre la voie à une réforme institutionnelle.  A noter que ce Congrès des élus départementaux et régionaux de Février 1999 a lieu  avant même que la loi d’orientation pour l’outre-mer ( LOOM ) de décembre 2000  ne crée une telle instance.
Le 19 décembre 2008 : les élus du Conseil régional et du Conseil général réunis en Congrès votent, à l’unanimité, une résolution en faveur d’une réforme statutaire de la Guyane sur le fondement de l’article 74 de la Constitution de 1958, dont le contenu sera arrêté de façon définitive à l’issue du débat public. Le 2 septembre 2009 : le congrès des élus régionaux et départementaux, adopte six résolutions dont  l’une concerne  les propositions relatives à de nouveaux transferts de compétences de l'État vers la nouvelle collectivité qui exercera aussi les compétences du  Département et de la Région  et qui pourra être aussi associée à l’exercice de certaines compétences  de l’Etat .
Enfin, les 10 et 24 janvier 2010 : organisation d’une consultation populaire sur l’évolution statutaire de la Guyane.
Les résultats de cette consultation ont abouti au vote favorable pour la création d’une collectivité unique sur le fondement de l’article 73 de la Constitution, c'est-à-dire la fusion du Département et de la Région.
Cette collectivité unique créée par la loi du 27 juillet 2011 sera mise en place en 2015 et mettra un terme à l’existence de  la Région Guyane.
 
Sources : Région Guyane/ /Tania Berland-Sandot,Direction générale adjointe pour l'économie, la formation et la cohésion sociale


Reportage Claude Innocent : extrait de l'élection du premier président de la Région Guyane : Georges Othily

DMCloud:43751

 

Publicité