#TDG1ERE : Quelles peuvent être les prétentions des équipes locales ?

tour cycliste de guyane
Le peloton guyanais
Le peloton guyanais pour le Grand Prix du VCS ©Cynthia Richard de Chicourt
Avec 12 équipes la Guyane pourrait sembler bien représentée sur ce tour ! Il n’y a pas de sélection cette année, tous les clubs vont donc disposer de la totalité de leurs coureurs et la plupart d’entre eux affichent des prétentions au podium final. Petite radioscopie de ce peloton.
Dans ce peloton, il y a les coureurs qui trustent les victoires et les podiums et puis ceux pas toujours aux avants postes durant la saison mais qui seront sur la ligne de départ ce samedi.  
 

Six clubs sur la corde raide

Première aventure pour la toute nouvelle Académie de Roura avec en son seing, deux talentueux coureurs, Pierre Garrejeat et Maurice Buzaré, deux garçons qui n’ont peur de rien et qui iront sans complexe se frotter aux plus forts.
La deuxième formation de l’Espoir Cycliste Guyanais – ECG NOFRAYANE-SOGEA - engagée sur ce tour se compose de coureurs méritants et  jouera une victoire d’étape avec Christophe Bruneau.
Quant à l’équipe de Matoury – Union Sportive de Matoury TRANSPORT SINAI - , elle se mêlera aussi à la bataille, avec Ludovic Dantin, qui n’a cependant pas montré de bonnes dispositions en abandonnant dès la 1ère étape du dernier tour de Guadeloupe.
La Croix du Sud – CDS GALEA TRANSPORT PIED - sera emmenée par le coureur venu de Saint-Domingue, Jorge-Luis Martinez-Urena aidé du jeune espoir Luis Medina Puello.
La formation le Vélo Club du Maroni – VCM NARAMA HIPPOPOTAMUS -  renforcée par les sociétaires du RMB Denis Chong Wa et Franck Edwige devra s’accrocher pour rester au peloton.
Quand à  l’équipe du Sprint Club Guyanais - SCG NIKKAL - dont la moyenne d’âge est la plus élevé sur ce tour 2013, avec le doyen de l’épreuve Jean-Luc Joachim Arnaud, âgé de 51 ans, on lui souhaite d'aller au bout de ses ambitions.
 

Six clubs pour quelques podiums et une victoire finale

Patrice Ringuet et  Vincent Lebesle du Vélo Club de Kourou – ARIANE ESPACE/TOINE/SIMKO seront-ils au rendez-vous des meilleurs au vu de leur forme actuelle et d’une bonne préparation acquise aux récents tours de la Guadeloupe et de la Martinique?
Autres chances guyanaises, les jeunes pousses de la première équipe de l’Espoir Cycliste Guyanais- SGDE NOFRAYANE - parmi lesquelles, le champion de Guyane 2013, Loïc John et ses coéquipiers Eric Vincent, Stéphane Mérille, Rickets Moses, Cliff Apensa et Jean Michel Clet . Le team idéal sur papier du peloton guyanais toujours aux avants postes durant la saison. Il faudra quand même confirmer sur la route.
Raël  Da Silva, Christophe Cazala vont-ils eux, donner une autre dimension au Rémire Montjoly Bike – OCEANIC HERTZ- par leur esprit d’entreprise et leur style accrocheur durant ce tour de Guyane ? Une entreprise compliquée avec une équipe finalement réduite à quatre coureurs.
Quand à l’USL Montjoly – ORANGE- il peut compter sur un duo-Christian Lavenette à son avantage en début de saison et Marc André Buzaré vainqueur des deux dernières courses et sur le renfort de l’expérimenté Teddy Ringuet.
Il faut espérer pour le Vélo Club de Sinnamary – GUYANE SERVICE MEDICAL/REHA TEAM, une renaissance de Jaïr Zephirin Henri Léo boosté par la présence à ses côtés de Ludovic Exfort, vainqueur en 2002 et travailleur acharné dans le peloton et toujours fringuant sprinteur.  On ne peut terminer cette revue des effectifs guyanais sans s’arrêter sur le Vélo Club Guyanais  - EMBAL’TOUT/HOTEL AMAZONIA – Le club de légende qui fête ses 60 ans d’existence et compte en son sein les redoutables sprinteurs Marc Joseph, Mickaël Stanis, le jeune champion de Guyane 2012 James Grinville et surtout l’inusable Patrice de Nays Candau capable à 42 ans de briller encore sur les podiums.
 
Ce peloton guyanais de 70 coureurs numériquement supérieur aux équipes invitées  qui regroupent 54 cyclistes va-t-il permettre qu’un suspense existe durant les 9 jours de course et offrir enfin à la population une victoire guyanaise ? Rien n’est moins sûr mais il vrai que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live