La « Bande à Jean-Clair » et « Dlo Coco », défenseurs de la tradition

éducation
« Dlo Coco » au rendez-vous
Comme la « Bande à Jean-Clair », « Dlo Coco » sera au rendez-vous du carnaval 2014
Après une année sabbatique en 2013, la « Bande à Jean-Clair » revient sur la scène musicale. Elle fera partie des orchestres qui vont animer le carnaval de Guyane. « Dlo Coco » en est l’un aussi. En peu de temps, ce groupe s’est imposé dans le paysage musical guyanais.
Le sommeil a duré une année complète. C’est trop pour la « Bande à Jean-Clair », elle se réveille. Son public n’a pas oublié les bals du jeudi soir que la formation a institués. « Nous avons pris du recul en 2013. Cela nous permet de revenir avec une formule enrichie de beaucoup de choses que le public va découvrir. Nous avons choisi un lieu particulièrement intimiste pour distiller notre arôme. Et il ne faut pas oublier que le challenge de la Bande à Jean-Clair a toujours été la valorisation de la musique traditionnelle », rappelle la chanteuse Clara Nugent.
 

Une ambiance traditionnelle

Fidèle à ses principes, la formation s’est toujours portée en garant, depuis sa création en 1997, de la musique traditionnelle guyanaise. Ses fans peuvent en témoigner puisque c’est ce rythme qu’ils retrouvaient tous les jeudis soir à chaque période carnavalesque. « Ce qui nous différenciait des grandes formations que l’on retrouve dans les dancings, c’est l’exécution des morceaux qui est restée un peu plus classique mais avec un apport tout à fait original malgré tout. Nous avons également beaucoup de compositions que nous jouons tout au long des soirées. Et ce qui nous lie avec notre public, c’est une certaine convivialité », confie Clara Nugent, ancienne chanteuse vedette des « Mécènes » jusqu’en 2011.
 

« Dlo Coco » dans la formule des jeudis soir

Il y a plusieurs similitudes entre la « Bande à Jean-Clair » et « Dlo Coco ». Comme elle, « Dlo Coco » adopte la formule des jeudis soir. Et cela ne semble guère gêner la « Bande à Jean-Clair ». « C’est une formule que nous avons lancée en 1997. Personne n’y croyait. Elle a été reprise, tant mieux. Je crois que chacun y trouve son compte », affirme fièrement Clara Nugent.
Comme la « Bande à Jean-Clair », « Dlo Coco » œuvre également pour la défense du folklore guyanais. « Nous restons attacher à la tradition. Nous cherchons à promouvoir tout ce qui est traditionnel en le dépoussiérant et en le modernisant un peu », souligne José Lama, chef d’orchestre de « Dlo Coco ».
« Dlo Coco plus en forme que jamais ». José Lama et les autres membres de la formation répètent souvent ce slogan. Dès ce samedi, les fans ont rendez-vous pour le vérifier. Ce sera aussi l’occasion pour le groupe de présenter aux carnavaliers le huitième album sorti cette année.

Reportage : Thierry Merlin et Abel Parnasse

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live