Université : nouvelle assemblée générale au PUG

université
Amphithéâtre PUG
©guyane 1ère
Un peu plus de deux mois après la signature du protocole de fin de conflit au Pôle Universitaire Guyanais, le climat ne semble toujours pas apaisé. Le collectif étudiant et l’intersyndicale se réunissent demain en Assemblée Générale au Pôle Universitaire à Cayenne.

Un nouveau mouvement se prépare ?

L’appel du collectif et de l’intersyndicale est clair : la population doit se montrer déterminée pour défendre les intérêts de la Guyane. Les anciens grévistes du mois de novembre craignent que l’université ne se fasse pas sous la forme pour laquelle la société guyanaise s’est mobilisée. Il faut dire que malgré la signature de l’accord le 11 novembre dernier, il y a eu sans cesse des remous à l’université… des tensions cristallisées autour d’une personne : Anne Corval, l’administratrice provisoire : « un obstacle radical à la mise en œuvre de cette université » pour reprendre les mots d’Alain Tien Liong. Le Président du Conseil Général qui, la semaine dernière, demandait la démission d’Anne Corval après qu’elle ait refusé le déplacement dans l’Hexagone de représentants de l’Institut des Etudes Supérieures de la Guyane.

Mais qu’a fait ou n’a pas fait Anne Corval  ?

L’intersyndicale retient trois points. Le choix des interlocuteurs tout d’abord. Pour les acteurs du mouvement de l’université, Anne Corval choisit plutôt leurs opposants, voire même des adversaires déclarés du mouvement comme Jean-Marie Fotsing et René Dorville. Ils se réuniraient dans des conseils dont l’intersyndicale remet en cause la validité et surtout dénonce le fait qu’elle ait été écartée de ces rendez-vous.
L’intersyndicale reproche ensuite à Anne Corval de la discréditer. Selon les acteurs du mouvement cela est dû justement à cette trop forte proximité avec leurs opposants.
Enfin, la mise en place du directoire, attendu de pied ferme par l’intersyndicale qui reproche à Anne Corval de ne pas respecter le protocole d’accord et de faire traîner les choses. L’administratrice provisoire a proposé une liste la semaine dernière immédiatement remise en cause par l’intersyndicale et pour cause, aucun membre n’en fait partie.

Alors, une nouvelle grève se profile ?

Pour l’instant rien n’est décidé, il faut attendre l’assemblée générale de demain mais les liens semblent durablement rompus entre l’intersyndicale et Anne Corval. Une décision lourde à prendre, et les principaux intéressés en ont conscience. Les partiels débutent à la fin du mois. Un nouveau mouvement pourrait faire très mal à certaines filières d’autant que tous n’ont pas rattrapé leur retard depuis le premier mouvement, notamment en Lettres et Sciences Humaines.