Les légionnaires célèbrent la bataille de Camerone

commémorations
Légionnaires
©Canal-blog
La légion étrangère ouvre ses portes aujourd’hui et demain. Les hommes du 3ème régiment étranger d’infanterie vont commémorer la bataille de Camerone. Une bataille devenue mythique pour les légionnaires
Pour les légionnaires, la bataille de Camerone symbolise le courage et le serment de lutter jusqu’au bout, sans se rendre. 


Une bataille légendaire

Le 30 avril 1863, pendant l’expédition française au Mexique, une compagnie de la légion est envoyée en éclairage. Ils sont 65 hommes. L’armée Mexicaine, mise au courant de leur arrivée, les intercepte au village de Camaron.
2000 soldats les attendent. Les Français repoussent deux assauts et se retranchent dans une hacienda. Ils vont lutter pendant 24 heures, sans nourriture et sans eau. A cours de munitions, ils chargent l’ennemi à la baïonnette. Un officier mexicain, qui parle français, les somme de se rendre. Ils ne le feront qu’à une condition : l’armée mexicaine doit reconnaître qu’ils ont lutté jusqu’au bout.
C’est le récit officiel de la bataille de Camerone devenue une légende pour les légionnaires. Il est lu, chaque 30 avril pour rappeler le serment de Camerone, le respect de la parole et de l’engagement, jusqu’au sacrifice. 
Pour célébrer cet événement : le 3ème REI à Kourou ouvre ses portes au public. Aujourd’hui, de 11h30 à 2h00 du matin et  dimanche de 11h30 à 20 heures.
Au programme des animations et démonstrations. Ce soir un gala de boxe et l'élection de « miss képi blanc », suivi du bal du légionnaire. 
Le 3ème REI
Ce corps militaire, la Légion étrangère a été créé en 1831 pour permettre aux soldats étrangers d'intégrer l'armée française. Le 3ème Régiment d'Infanterie Étrangère existe depuis juin 1922. Les légionnaires appelés aussi les képis blancs se trouvent en Guyane depuis 1973. Ils ont pour mission première : la surveillance de la base spatiale mais jouent également un rôle important aujourd'hui dans les opérations Harpie dans la lutte contre l'orpaillage.