publicité

Un accord binational France-Brésil pour les détenus brésiliens de Guyane

Les détenus brésiliens du centre pénitentiaire de la Guyane représentent 20% des prisonniers. Une convention a été signée avec l'Université de l'Amapa pour que des professeurs de l'antenne d'Oiapoque viennent régulièrement leur dispenser des cours. Objectif: faciliter leur réinsertion au Brésil.

Rémire Montjoly (Guayne) - Centre pénitentiaire - archives © Guyane 1ère
© Guyane 1ère Rémire Montjoly (Guayne) - Centre pénitentiaire - archives
  • Par Catherine Lama
  • Publié le , mis à jour le
Sur les 692 personnes incarcérées actuellement au centre pénitentiaire de la Guyane, plus de la moitié sont des étrangers. Avec de maigres moyens budgétaires, quelques cours de français sont dispensés aux volontaires. Mais ce sont les détenus brésiliens représentant environ 20 % des prisonniers qui sont visés par un tout nouvel accord de coopération binational entre le Brésil et la France. Quelques représentants des universités d’Amapa et d’Oiapoque étaient présents à l'occasion du lancement de ces cours qui sont dispensés par des enseignants venus du Brésil.
Rinaldo Barbosa, enseignant brésilien : « il y a quatre domaines de cours, la maîtrise de la langue, les mathématiques, l'histoire-géographie et enfin les sciences naturelles ».
Pour les responsables de l'insertion du centre pénitentiaire ce programme est possible grâce aux liens transfrontaliers dans le domaine universitaire.
Bertrand Laplaza, directeur SPIP de Guyane (Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation) : « l’université binationale d’Oiapoque n'étant pas loin d’ici, nous avons convenu d'un accord pour faciliter le retour des brésiliens dans les meilleures conditions possibles. Le financement de cet enseignement est franco-brésilien ».
Une semaine sur deux pendant un an ces cours seront donnés dans l'établissement pénitentiaire et devraient déboucher pour certains détenus sur un diplôme d'insertion reconnu au Brésil.
 
Le reportage de Thierry Stamfler et Alfonso Martinez
prison, des cours pour les detenus bresiliens


Sur le même thème

  • Amazonie

    Vatican : un synode pour se pencher sur l’Amazonie

    Jusqu’au 27 octobre prochain, 184 pères synodaux, dont 113 proviennent des conférences épiscopales de pays amazoniens et une cinquantaine d’auditeurs et d’auditrices vont réfléchir sur l’avenir de l’Amazonie. L'évêque de Cayenne, Monseigneur Lafont participe à ces travaux. 
     

  • Amazonie

    Sommet du climat : quel rôle pour la délégation guyanaise ?

    Une délégation de Guyane sera donc avec le président de la république Emmanuel Macron au sommet sur le climat à l’ONU. Elle sera menée par le président de la CTG, avec les présidents du grand conseil coutumier et du parc amazonien. La désignation de Rodolphe Alexandre fait débat. 

  • Amazonie

    Pénurie de billets de 1 dollar au Suriname

    Les États-Unis tendent la main au Suriname afin de remédier aux problèmes liés à la pénurie de billets d'un dollar dans le pays depuis plusieurs jours. La Réserve fédérale, la banque centrale américaine, a ainsi déjà envoyé une quantité de dollars à la Banque centrale du Suriname.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play