A mo ki di : Difficile Lyannage ... routier à Kourou

politique
Bus de Kourou
©FL
La mayonnaise a du mal à prendre entre le maire de Kourou et Kévin Madeleine, gérant de la société 3G2M, en charge du transport urbain de la ville spatiale. Depuis les municipales 2014, les deux hommes se trouvent engagés dans un bras de fer autour du réseau K-lyann et ses trois lignes de service.

La guerre des petites phrases

Une petite phrase de François Ringuet a mis le feu au poudre : « si à la rentrée, la fréquentation n’augmente pas, la mairie recherchera les solutions juridiques adaptées afin de réduire ou supprimer le service ». 
Réaction rapide de Kévin Madeleine qui pour sa défense, rappelle, qu’il bénéficie d’une délégation du service jusqu’au 1er Janvier 2022 et que la fréquentation des lignes est en constante augmentation. Il estime qu’il faudra au minimum deux années d’exploitation pour réaliser un bilan complet. Il rappelle aussi que toutes ses propositions pour l’amélioration du service, comme la création d’une gare routière au marché Fortuna-Ringuet, ne sont toujours pas suivies d’effets.
Autre développement de l’affaire : début janvier, les chauffeurs des bus K'Lyann de Kourou bloquent l'accès à la mairie pour  exprimer leurs craintes, suite aux différentes déclarations du maire, François Ringuet, au sujet du réseau qu’il trouve : "coûteux pour un service médiocre". Mais ce dernier s’est tout de même voulu rassurant en indiquant travailler à une réorganisation du réseau plutôt qu'à sa suppression.
Un maire qui souffle le chaud et le froid : un véritable dialogue de sourds débouchant sur nouveau coup de liane de Kevin Madeleine qui dénonce le comportement de voyou de l’édile de la ville, qui depuis décembre dernier n’aurait pas réglé une facture de 900 000 euros.
François Ringuet  s’inscrit en faux et annonce un dépôt de plainte pour injure publique et reste lui dans l’attente du rapport d’activité 2014 du délégataire.
 

Des employés et des usagers dans l'expectative

Fin du dernier épisode. Et pendant que se poursuit cette petite guéguerre, sur fond juridico-politique, ce sont les employés de l’entreprise et les usagers qui restent au bord de la route dans l’inquiétude et l’expectative.
Des usagers sous le soleil dans l’attente d’un service digne d’une ville spatiale, des usagers dans l’attente d’un véritable lyannage pour un transport public de qualité à Kourou.