Deux nouvelles tapouilles arraisonnées au Brésil : un exemple de coopération en matière de lutte contre la pêche illégale

sécurité
Tapouille brésilienne
©VCSM Organabo
Deux grosses tapouilles brésiliennes verbalisées dans les eaux guyanaises ces deux dernières années ont été arraisonnées hier par la marine brésilienne dans leurs eaux nationales. Ce coup de filet fait suite à des renseignements donnés par les marins français à leurs collègues brésiliens.
Depuis lundi, la vedette de gendarmerie « l’Organabo » et le patrouilleur brésilien « la bocaïna «  patrouillent ensemble à l’embouchure de l’Oyapock. Hier, ils repèrent un petit bateau et surtout deux tapouilles mères, de grosses embarcations qui servent de support à des flottilles de petits bateaux. Elles sont dans les eaux brésiliennes, non loin de la frontière maritime, l’une de ces tapouilles est une multi-récidiviste de la pêche illégale dans les eaux guyanaises. Ces deux dernières années, lors de mission d’observation par avion, elle a été aperçue quatre fois en action de pêche clandestine et la 2ème a été surprise une fois en infraction.

Les tapouilles arrêtées par les brésiliens renseignés par les français

Ces observations ont fait l’objet de procès verbaux transmis à la police fédérale du Brésil. Des informations transmises hier par les marins français à leurs collègues brésiliens, à bord du patrouilleur. Lesquels montent à bord des trois bateaux et relèvent plusieurs infractions à la réglementation des pêches du Brésil. Les contrevenants ont été déroutés vers le port de Santana, dans l’Amapa, sous escorte de la marine brésilienne. Les capitaines et armateurs devraient passer ultérieurement devant un tribunal fédéral pour l’ensemble de ces délits