Mario Charles se plaint de racisme à Camopi

vie locale
Arrivée à Camopi
©DR
Après avoir longtemps travaillé à la mairie, Mario Charles est responsable technique au collège de Camopi. Il a été agressé dans la nuit du 13 au 14 mars au bourg Camopi, alors qu’il était chez lui avec ses trois enfants de 7, 9 et 15 ans. Il se plaint de racisme anti créole.
Mario Charles
©Laurent Marot
Y aurait-il une montée du racisme anti-créole à Camopi ? C’est en tout cas ce que dénonçait la semaine dernière dans un communiqué  le MDES, le Mouvement de Décolonisation et d’Emancipation Sociale Ce communiqué fait suite à l’agression d’un créole qui vit depuis vingt-sept ans dans la commune du haut Oyapock, peuplée surtout par des amérindiens. 
Cette nuit-là, vers minuit, Mario Charles et ses enfants sont réveillés par des insultes et des menaces; Mario se lève pour parler avec le jeune homme qui crie devant chez lui. Mario Charles connaît bien ce jeune de 18/19 ans, avec qui il s’entendait bien jusque là, dit-il. C’est le compagnon de sa fille de 26 ans, née à Camopi. Fragile du dos suite à une opération, Mario glisse sur le sol mouillé selon lui, son beau-fils s’est alors déchaîné, avec l’aide d’un autre jeune. L'affaire n'en reste pas là. Alors qu’il se trouve à l’hôpital, sa femme et ses enfants sont pris à partie à Camopi.
Le témoignage de Mario Charles

Témoignage Mario Charles


Pour Mario, certains à Camopi lui en veulent d’avoir dénoncé des jeunes qui auraient volé chez des enseignants créoles. Il y a eu une montée du racisme anti-noir, dit-il, depuis la victoire de la liste Chanel aux  municipales. Mario Charles étant un militant du MDES et un soutien de l’ancien maire, René Monnerville.
Selon le maire, Joseph Chanel, cette agression relève d’un conflit familial. Mario Charles aurait giflé sa fille et son beau-fils aurait agi en réaction, contre son beau-père une version démentie catégoriquement par Mario Charles.