Arianespace se privatise

économie
Ariane 6
©Guyane1ère
Arianespace va changer de main, le premier ministre l’a annoncé, elle a vocation à être contrôlée par la coentreprise Airbus Safran Launchers. Le CNES va lui céder ses titres.  Les négociations sur les conditions de  de ce rachat sont en cours et vont se poursuivre, a déclaré Manuel VALLS.
L’annonce officielle sera faite lundi prochain, le 15 juin à l’ouverture du Salon du Bourget : Arianespace va changer de main.
La coentreprise ASL, Airbus Safran Launcher, va reprendre les 34 % détenus par le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) qui était jusqu’alors le premier actionnaire. A l'issue de cette opération, les deux groupes industriels détiendront ensemble 75% du capital d’Arianespace. L'objectif de ce nouvel actionnaire d'Arianespace est de mettre en œuvre plus rapidement le nouveau lanceur Ariane 6 qui doit remplacer Ariane 5, pour un premier lancement prévu dès 2020 à partir de Kourou. Une fusée plus moderne et moins chère qui se doit de concurrencer le nouveau lanceur de satellites américain Space X, un lanceur privé qui a déjà fait baisser les tarifs de mise en orbite de satellites de près de 30%.
Le transfert des parts du CNES à la nouvelle société ASL devrait rapporter 200 à 300 millions d'euros dans les caisses de l'Etat.
 
Stéphane Israël, Président Directeur Général d'Arianespace 


Les Outre-mer en continu
Accéder au live