publicité

Et si le secret de la longévité était en Amazonie?

Si à travers le monde, on parle du fameux régime méditerranéen, des chercheurs brésiliens ont découvert que dans certaines régions de l'Amazonie, des populations vivent très âgées et en bonne santé. 5 facteurs expliqueraient cette longévité et parmi eux, figurent, l'alimentation et le gène ApE2.

Le fruit guarana © DR
© DR Le fruit guarana
  • Par Catherine Lama
  • Publié le , mis à jour le
L'Amazonie par sa superficie (5 500 000km2) répartie dans plusieurs pays d'Amérique Latine, constitue une entité géographique d'une richesse incommensurable. Un gériatre brésilien, Euler Ribeiro, a découvert que dans une petite ville de l'état d'Amazonas, Mauès, les gens y vivaient très vieux (90 ans et plus) et surtout en bonne santé. Il a donc étudié, durant plusieurs années, avec une équipe de chercheurs, les habitudes des habitants de cette région. Cela leur a permis de déterminer exactement, les facteurs qui contribuent à cette longévité exceptionnelle qui se situe bien au delà de l'espérance de vie moyenne nationale.

Un régime amazonien qui concourt à la longévité

Il existe, selon le docteur Euler Ribeiro, un régime amazonien au même titre que le fameux régime méditerranéen basé sur la consommation élevée de fruits, légumes, céréales et huile d'olive avec peu de viande et produits laitiers.
Donc dans l'alimentation des habitants de cette ville d'Amazonie, on retrouve notamment en abondance, le guarana. Un fruit connu pour ces nombreuses vertus dont celle d'être un vasodilatateur cérébral et périphérique et même un anticancéreux. Mais de nombreux autres fruits amazoniens complètent leur alimentation. Parmi eux, les légumes verts, des racines comme le manioc ou des fruits de palmiers, l'acaÏ, ou bien le camu camu, qui est le fruit le plus riche au monde en vitamine C et aussi un anti oxydant de premier ordre. Et la liste de ces produits amazoniens est longue. Si l'alimentation de ces personnes se fait à base de fruits et légumes, elle comprend aussi le poisson, riche en calcium et phosphore. Certaines espèces sont transformées en purée ou encore en huile.

Une longévité liée à un mode vie et un gène spécifique

L'alimentation de la forêt constitue un des facteurs de longévité, le plus important selon le Dr Euler. Mais il en recense 4 autres. Il a constaté une absence de stress chez ces populations qui ont des habitudes de vie simples. Elles gravitent essentiellement autour des activités de pêche, de recherche de nourriture à la ferme et à revenir chez soi. Autre facteur de longévité observé, le temps consacré au sommeil. En moyenne, les mauaenses dorment 10h par jour. Par ailleurs, pour travailler, ils font de longs parcours de marche en forêt ou pagayent durant des heures sur le fleuve. Cette activité physique permanente concourt à leur longévité.
Autre caractéristique, et pas des moindres, découverte en étudiant leur ADN, ces populations métissées amérindiennes ont l'apoliproetine e2. Un gène essentiel au remodelage des membranes neuronales et que l'on retrouve chez les centenaires. 

Le docteur Euler est invité dans le monde entier à tenir des conférences sur cette étude menée au fond de l'Amazonie.  Des recherches importantes qui ont aussi mis en évidence que les habitants de Maués ne souffrent ni d'ostéoporose, ni d'hypertension, de diabète ou de démence. 
Source : Portal Amazonia
Le camu camu

Ce fruit issu d'un arbre de l'Amazonie est reconnu pour sa haute teneur en vitamine C, 30 fois plus élevée par exemple que celle contenue dans le kiwi. Il est aussi un anti oxydant puissant et améliore également les défenses immunitaires.
Au Pérou, le camu camu ou Myrciaria dubia est utilisé dans la cuisine. Il est aussi transformé en poudre comme le guarana pour être consommé en complément alimentaire.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play