Mission réussie pour Soyouz

spatial
Lancement Soyouz à Kourou
Lancement Soyouz ©ESA/CNES/Arianespace - S.Corvaja
Le lanceur russe, qui a décollé à 23h08 dans la nuit du 10 août au centre spatial guyanais à Sinnamary a placé sur orbite deux nouveaux satellites de la constellation Galileo, les 5ème et 6ème, après une longue mission de plus de trois heures.

Tous les étages du Soyouz ont fonctionné nominalement et l’étage supérieur Frégate a largué les satellites sur leur orbite cible, à une altitude proche de 23 500 km, 3 heures et 48 minutes après la mise à feu du lanceur. 
Deux autres satellites sont prêts à être lancés d’ici la fin de l’année. Ils ont préalablement subi une batterie de tests au Centre européen de recherche et de technologies spatiales (ESTEC) de l’ESA à Noordwijk (Pays-Bas),  où les deux exemplaires suivants ont déjà entamé leur propre campagne d’essais. 
À partir de l’année prochaine, le déploiement de la constellation Galileo sera accéléré par l’entrée en service d’une version du lanceur Ariane 5  spécialement conçue pour Galileo et qui pourra placer simultanément en orbite quatre satellites au lieu de deux.

 

A propos de Galileo
Galileo est le système de navigation par satellite à couverture mondiale de l’Union européenne. Il se composera à terme de 30 satellites et de l’infrastructure au sol associée.
La phase de définition, de développement et de validation en orbite a été conduite par l’ESA et financée conjointement par l’ESA et la Commission européenne ; elle a débouché sur la mise en place d’une mini-constellation de quatre satellites et d’un segment sol limité axé sur la validation du concept d’ensemble de Galileo.
La phase de capacité opérationnelle complète est intégralement financée par la Commission européenne. La Commission et l’ESA ont signé une Convention de délégation en vertu de laquelle l'ESA œuvre en tant qu'agent de conception et d'approvisionnement pour le compte de la Commission