publicité

Une nouvelle centrale thermique actée pour la Guyane

La centrale au fuel de Dégrad des Cannes à Rémire-Montjoly sera fermée en 2023, car elle est obsolète, et ses rejets sont non conformes. Elle sera remplacée par une centrale thermique dont les travaux pourrait démarrer en 2018.

La centrale électrique du Dégrad des Cannes à Rémire-Montjoly © Laurent Marot
© Laurent Marot La centrale électrique du Dégrad des Cannes à Rémire-Montjoly
  • Laurent Marot
  • Publié le
A Rémire-Montjoy, la centrale au fuel de Dégrad des Cannes fermera en 2023, car elle est devenue obsolète et répond plus aux normes de rejets. Or, cette centrale fournit 40 % de l’électricité consommée sur le littoral, le reste étant apporté par le barrage de Petit-Saut (plus de 50 %) et d’autres énergies renouvelables (biomasse, solaire, petits barrages, environ 10 % . Avec la fermeture de la centrale thermique en 2023, va-t-on vers une pénurie généralisée de courant en Guyane ? La réponse à cette question est dans la PPE, la Programmation Pluriannuelle de l’Energie de 2015 à 2023. Un document élaboré par l’Etat et la région, qui sera présenté le 16 octobre. En avant-première, Hélène Sirder, 2ème vice présidente au conseil régional, en charge de l’énergie à la région, lève le voile sur la question de Dégrad des Cannes : « Le renouvellement de la centrale de Dégrad Des Cannes est acté dans le document qui est en cours d’élaboration. Ce qui a été acté, c’est une nouvelle centrale thermique, car il nous faut une énergie de qualité qui soit garantie. Le thermique apporte cette garantie, mais il faut que le mix énergétique évolue, avec beaucoup plus d’énergies renouvelables dans les secteurs identifiés par l’exécutif régional : biomasse et petit hydroélectrique (des petits barrages) ».

L'Etat recommande une unité deux fois moins puissante

Du côté de l’Etat, la DEAL confirme la construction d’une nouvelle centrale thermique dans la PPE qui sera annoncée à la mi-octobre. Cette centrale devrait avoir la même puissance que l’actuelle. Le chantier pourrait commencer en 2018, pour un coût d’environ 100 millions d’euros.
Pierre Courtiade, responsable du pôle énergie à l’ADEME, l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, conseille l’Etat pour sa politique énergétique en Guyane. Ce spécialiste reconnaît l’utilité d’une nouvelle centrale thermique à Dégrad Des Cannes, mais il préconise une unité deux fois moins puissante que l’actuelle, pour permettre un développement conséquent des énergies renouvelables.
L’ADEME rappelle l’objectif de la loi sur la transition énergétique pour les DOMS : de l’électricité produite à 100 % à partir d’énergies renouvelables en 2030. Quant au projet de construction d’un 2ème barrage en Guyane, il n’est pas abandonné. Une étude de faisabilité est prévue dans la programmation Pluriannuelle de l’Energie pour un choix qui sera fait après 2023

Le reportage de Laurent Marot
Nouvelle centrale thermique à Dégrad des Cannes

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play