A partir du 1er mai 2022, plus besoin de visa pour se rendre au Surinam

société
Vue aérienne de Paramaribo
Paramaribo, capitale du Suriname ©JPK
Pour traverser et séjourner de l’autre côté du Maroni, les autorités surinamaises l’assurent, à compter du mois de mai, plus besoin d’acheter le visa sur internet pour les citoyens français, belges, hollandais, canadiens ou américains. Il suffira d’acquitter un droit d’entrée au service d’immigration d’Albina.

L’obtention du visa en ligne à destination du Surinam, c'est fini ! Les voyageurs devront s’acquitter d’un droit d’entrée en arrivant sur le territoire surinamais. Le ministre des Affaires Étrangères du Surinam l’a confirmé. Il s'agit de faciliter l’entrée au Surinam, des ressortissants français, belges, hollandais, canadiens ou américains.

Attirer les touristes

palais présidentiel surinam
Palais présidentiel Surinam

Le visa d’entrée au Surinam devrait disparaitre d’ici un mois, tout comme la procédure sur internet qui pouvait parfois prendre beaucoup de temps. Les voyageurs français, mais aussi des Pays-Bas, de la Belgique, des Etats-Unis et du Canada devront simplement s’acquitter d’un droit d’entrée en arrivant sur le territoire au service d’immigration d’Albina ou à l’aéroport de Zanderij. Cette simplification d’entrée a pour but de rendre le Surinam plus attractif. Le tourisme et l’industrie hôtelière ont été sinistrés par les conséquences de la pandémie.

Urtha YZER – Consul général par intérim de la République du Surinam
Urtha YZER – Consul général par intérim de la République du Surinam ©DR

Il est vrai que le consulat a reçu beaucoup d’appels de touristes qui veulent venir mais qui trouvent que les modalités sont lentes et compliquées. Nous voulons également attirer les hommes d’affaires et accueillir une clientèle touristique.

Urtha YZER – Consul général par intérim de la République du Surinam

Surinam

A ce stade, toutes les modalités ne sont pas encore définies, comme notamment le prix du droit d’entrée et la possible ouverture du poste aux frontières d’Albina, ville frontière avec Saint-Laurent du Maroni, le week-end.