Abus sexuels dans l'Eglise catholique: les principales affaires révélées en Guyane

religion
Eglise
©Thierry Merlin
Peu de témoignages des Outre-mer dans le rapport d’enquête de la commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise Catholique. Il faut dire que les enquêteurs n’ont pas pu se rendre sur notre territoire. Ils se sont rendus en Guadeloupe et en Martinique et février 2020.

Peu de témoignages des Outre-mer dans le rapport d’enquête de la commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise Catholique. Il faut dire que les enquêteurs n’ont pas pu se rendre sur notre territoire. Ils se sont rendus en Guadeloupe et en Martinique et février 2020. Seul le signalement de la procédure à l’encontre du prêtre Jean Philippe Henri Claude a été transmise par le procureur de la République à la commission d’enquête. 

Seul cas rapporté à la commission indépendante sur les abus sexuels dans l’église : la procédure à l’encontre du prêtre Jean-Phillippe Henri-Claude, une information transmise aux enquêteurs par Samuel Finielz le procureur de la République de Cayenne. Poursuivi en 2016, le prêtre ayant officié dans la chapelle Sainte Trinité de Soula à Macouria est accusé d’agression sexuelle sur un mineur de 14 ans. Il a été condamné à 36 mois d’emprisonnement dont 18 mois avec sursis.   

Autre affaire ayant secoué l’Eglise de Guyane, celle de l’instituteur de l’école primaire privée de Cacao, Angelo Babolin soupçonné de viol et d’agressions sexuelle sur 7 mineurs, des faits commis en 2013 et 2015 . Il a été condamné le 22 avril dernier à 3 ans de prison dont 2 ans avec sursis  

Parmi les dernières affaires encore en cours, celle du père Patrice François, révélée il y a quelques mois seulement, Le prêtre a notamment officié à Rémire-Montjoly et à la cathédrale de Cayenne. Il est actuellement mis en examen pour viols et agressions sexuelles par personne abusant de l’autorité que lui confèrent ses fonctions. Les faits qui lui sont reprochés vont de 2006 à 2013. APlacé sous contrôle judiciaire, le prêtre nie les faits qui lui sont reprochés. 

Deux dernières enquêtes sont toujours en cours notamment celle concernant le mandat de Monseigneur Laffont évêque de Guyane de 2004 à 2020. L’enquête en cours sur Monseigneur Lafont n’a pas été prise en compte par la CIASE, qui ne s’est pas rendue en Guyane. Cette enquête préliminaire est toujours en cours, pilotée par le procureur, menée par la police judiciaire de Cayenne. Pour rappel, Monseigneur Lafont a porté plainte en octobre 2020 pour agression contre un jeune migrant adulte hébergé à l’évêché. En mars, ce jeune a porté plainte à son tour pour abus de faiblesse. Il affirme que l’évêque aurait abusé de sa situation de précarité pour avoir des relations intimes avec lui, en échange du gîte, du couvert et de la promesse d’avoir des papiers. Accusations contestées par Monseigneur Lafont…L’enquête avance…comme il se doit, le procureur reste prudent à ce stade. Monseigneur Lafont n’a pas encore été entendu.