guyane
info locale

Aérien : renouvellement de la délégation du service public

transports
Un avion de Air Guyane
L'avion de Air Guyane ©Alex Ling
 
Le 31 Mai va coïncider avec la fin de l’obligation de service public dévolue à Air Guyane pour assurer le transport régional des passagers. Un nouveau dispositif doit entrer en vigueur, c'est-à-dire une délégation de service public. 

 

Air Guyane a transporté en 2018 plus de  60 000 passagers. Un service financé grâce aux recettes de la compagnie mais aussi avec le dispositif d’aide mis en place par la collectivité territoriale. Un dispositif qui sera abandonné le 31 Mai et remplacé par une délégation de service public.

 Isabelle Patient : 3ème vice présidente de la Ctg
 déléguée à l'aménagement et aux transports

" Nous étions en contrat d'obligation de service public, c'était un contrat signé avec un opérateur pour assurer la qualité de service, maintenant ce sera un contrat de délégation de service public avec le subventionnement du déficit de la société .
C'est dans l'objectif de maitriser les charges, les couts pour la Ctg, mais également pour pouvoir avoir une bonne visibilité sur le cout du billet d'avion qui sera pratiqué auprès de l'usager ".

Ce déficit sera supporté majoritairement par la ctg à hauteur de 8 millions d’euros, l’état y contribuera aussi avec une enveloppe d’un million 4.
Ce nouveau dispositif devrait être validé lors d’une plénière au mois de Mai et l’appel d’offre lancé dans la foulée. Air Guyane pourrait ne pas être la seule compagnie à répondre à cet appel d’offre

    Isabelle Patient

"ce nouveau dispositif va permettre une ouverture à la concurrence et cela permettra à Air Guyane et d'autres opérateurs économiques de se postionner pour répondre dans le cadre de cette consultation".


Des projets de modernisation et de mise aux normes des aérodromes sont à l’étude. A Maripasoula plusieurs millions d’euros seront débloqués pour des travaux d’urgence.

 Air Guyane dispose d’une prolongation d’un an dans le cadre actuel de l’obligation de service public qui pourrait s’effacer dès cette année au profit de la délégation de service public

 
Publicité