L'aéroport Félix Eboué: quasiment à l'arrêt

transports
AEROPORT FELIX EBOUE
Avec la crise sanitaire et le renforcement de mesures pour empêcher la propagation du covid-19 en Guyane, l’une des mesures fortes est la réduction drastique du trafic aérien. L’aéroport Félix Eboué est quasi à l‘arrêt.
 
Pas de risque, l’une des barrières principales au coronavirus semble être l’arrêt des vols vers la Guyane. Depuis deux semaines maintenant, le nombre d’aéronefs se posant sur le tarmac a diminué de beaucoup. Si la semaine dernière, cinq vols avaient été programmés par les compagnies, depuis quelques jours maintenant, on sait que la compagnie Air Caraïbes a interrompu toute rotation à destination de Félix Eboué

Face au contexte de crise sanitaire majeure et mondiale du Covid-19 et en respect des mesures prises par le gouvernement ; la compagnie Air Caraïbes est contrainte de suspendre ses vols, au départ et à destination de la Guyane, à compter de ce jour et jusqu’au 16 Avril prochain. Toutes nos propositions commerciales sont disponibles sur notre site internet www.aircaraibes.com. Dans ces moments difficiles pour tous, la compagnie assure sa fidèle clientèle de la mobilisation de ses équipes et de son soutien.

C’est donc par voie de communiqué en date du 24 mars  que le public a été informé de cet arrêt de desserte par Air Caraïbes.
 
Avion tarmac
Très peu d'avions actuellement sur le tarmac à Félix Eboué ©Guyane la 1ere
 

Deux ou trois vols par semaine

Pour le moment, Air France poursuit ses vols vers la Guyane mais ils sont bien moins nombreux que d’habitude. Pour la semaine en cours, jusqu’au 3 avril, seuls deux vols sont prévus entre Paris et Cayenne. Si le vol de ce lundi 30 mars est bien parti de l’aéroport d’Orly, avec la fermeture de cet aéroport parisien, les connexions se feront à partir de l’aéroport Charles-de-Gaulle.
Ainsi les vols au départ de la Guyane des 31 mars et du vendredi 3 avril mettront le cap sur l’aéroport CDG. Il va falloir pour les voyageurs habitués à Orly de prendre de nouveaux repères pour les transports et regagner leurs points de chute. Et avec cette réduction du nombre de vols, tout le monde n’est pas autorisé à prendre l’avion.
La ministre des outre-mer, Annick Girardin, dans une adresse aux ressortissants des territoires d’outre-mer a assuré que

Le gouvernement a pris la responsabilité de réduire drastiquement les vols entre la France hexagonale et la France d’outre-mer…Je mesure l'impact de cette décision et je l'assume", a-t-elle indiqué. 

Suite à la publication d'un décret, il n’est donc plus possible de voyager entre l’hexagone et les outre-mer sauf en cas de :
- obligations personnelles ou familiales impérieuses, comme le décès d'un parent,
- urgence médicale sans lien avec le coronavirus,
- raison professionnelle justifiée par l'employeur.
 

Contrôles renforcés pour les motifs de voyages

Dans les trois cas, des contrôles seront effectués en aéroport et les passagers devront présenter une attestation sur l’honneur précisant le motif de leurs déplacements lais il est à noter que selon le motif, des justificatifs pourraient être réclamés. Notez que l’attestation sur l’honneur est disponible sur www.info.gouv.fr
Pour l’heure, la poursuite du confinement oblige à des précautions et mesures de sécurité maximales pour empêcher la propagation du virus. La majorité des cas avérés en Guyane est étiquetée comme étant des cas importés, plusieurs voix se sont fait entendre pour réclamer la fermeture de Félix Eboué. La continuité territoriale ou encore les évacuations sanitaires obligent à maintenir une activité minimale.
Pas de vols intérieurs, un unique vol entre la Guyane et les Antilles par semaine et donc, deux ou trois vols par semaine opérés par Air France. Voilà pour la situation des vols programmés à Félix Eboué, un programme d’activités qui ne devrait pas trop bouger dans les prochains jours ou semaines…tant que le confinement durera.
Pendant ce temps, la CCI de Guyane poursuivra ses travaux d'entretien pour garder l'outil opérationnel et améliorer certains secteurs de l'aéroport.