publicité

Albin, ébéniste, agriculteur et beatmaker

Entre tradition et modernité, Albin Yang est à la fois ébéniste, agriculteur et beatmaker. Le parcours de ce jeune hmong de Montsinéry est singulier.

Albin Yang ébéniste, agriculteur et musicien © CL
© CL Albin Yang ébéniste, agriculteur et musicien
  • Par Catherine Lama
  • Publié le , mis à jour le
Albin Yang a 19 ans. Sur ses tee shirts aux effigies de musiciens, il montre son goût pour la musique électronique mais il est d'abord menuisier ébéniste et agriculteur.

Un très jeune apprenti ébéniste


Ce jeune de Montsinéry affiche son sourire, sa bonne humeur sur les marchés de Guyane où il vend fruits et légumes en compagnie de ses parents et sa propre production artisanale réalisée avec ses mains : des coffrets en bois précieux et des petits bancs.
Albin Yang au marché de Rémire-Montjoly © CL
© CL Albin Yang au marché de Rémire-Montjoly


Albin Yang est un jeune Guyanais ouvert. D'origine hmong, il accepte, sans réserve, de parler de sa jeune vie.
Il a appris le métier de menuisier à Kourou au lycée professionnel Elie Castor par choix. Il aime le bois, les belles essences et très tôt a commencé à fabriquer des petits objets.

Cela lui a permis de faire son cursus de 3 ans en 2 ans. Après avoir obtenu son bac, il choisit de ne pas poursuivre d'études. Il se sent apte à commencer à produire. Il travaille sur l'exploitation familiale. Ce qu'il gagne esr réinvesti dans des machines. Cela a permis à Albin d'équiper en un an, un petit atelier de 6m2 derrière la maison. La famille habite Montsinéry au quartier agricole de Quesnel ouest.

Dans son atelier, Albin s'essaie à tout mais fabrique surtout des coffrets à bijoux et des petits bancs. Il utilise différents bois précieux. En donnant des explications, il caresse les planches, leurs veinures, s'émerveille des transformations qui s'opèrent au fur et à mesure des étapes de fabrication de ses objets. Il lui reste beaucoup à apprendre et il prend de plus en plus de plaisir à découvrir toutes les possibilités du travail du bois :

"Quand j'ai vu le travail des artisans en Guyane et les couleurs que nous avons dans le bois, qu'on peut mélanger, cela a commencé à me parler et je me suis mis davantage à travailler le bois..."


Le respect de la tradition


Pourtant Albin Yang jeune hmong doit perpétuer la tradition qui veut qu'un jour il reprenne l'exploitation familiale. Il est le dernier  d'une fratrie de 5 enfants. Les deux filles vont fonder des foyers ailleurs, les deux frères ont leur propre exploitation. A lui, le moment venu, reviendra la responsabilité de s'occuper du domaine et peut-être de se consacrer à d'agriculture. Une responsabilité que peut-être il appréhende un peu. Il réfléchit. Pour le moment, il allie les deux activités. Il fait du maraîchage, récolte des fruits, pitayas, papayes, des agrumes etc... et comme ses parents vend sur les marchés.
Une vie de labeur qui ne laisse pas beaucoup de temps pour autre chose. Albin travaille toute la semaine et le dimanche. Il n'a pas pris beaucoup de vacances car il est difficile pour des agriculteurs de laisser des hectares de terres sans entretien durant un mois :

"Je suis fils d'agriculteurs c'est pas facile de voyager car nous n'avons pas d'ouvriers. Si on voyage, il n'y a plus personne sur le terrain et ici en Guyane si on laisse les terres pendant un mois, on revient et les herbes, elles ont poussé mais... d'enfer"


Seule solution, une partie de la famille part en vacances et l'autre reste mais cela demeure extrêmement contraignant par rapport à la multiplicité des tâches.
 

Une passion pour la musique électronique


Albin a appris à jouer de la guitare mais depuis quelque temps, il délaisse cet instrument pour un launchpad et s'adonne à la musique électronique. Il est passé de la pop rock au rock métal lourd puis à l'électronique qu'il a découvert sur You tube. C'est maintenant un beatmaker qui crée sa propre musique sous le pseudonyme de Phtm's :

"Je pense que l'électro, cela pourrait être une musique qui pourrait émerger en Guyane parce qu'au Brésil, beaucoup de gens aiment la musique électronique, donc pourquoi pas nous. Cela pourrait contribuer à faire avancer le pays musicalement, cela serait pas mal aussi."


A Quenel ouest, dans son petit atelier Albin se construit un avenir. Comme tous les jeunes, il a ses rêves, il a ses doutes, suivre sa propre voie , la menuiserie, la musique, perpétuer la tradition, il ne sait pas trop. En attendant, il travaille :

"Je pense qu'il suffit juste d'avoir la passion et le courage de continuer dans ce qu'on fait... mon entourage et toujours derrière moi à me dire il ne faut pas abandonner, il ne faut pas baisser les bras ... un jour tu pourras réussir dans ce que tu fais...
J'ai beaucoup de choses à faire, je suis pas arrivé au bout du chemin, il y a encore plein de secrets à découvrir...


Découvrez Albin Yang

 

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play