publicité

Ancien basketteur le Guyanais Nathanaël Mogé a choisi de devenir mannequin

Repéré par le club de basket Cholet, Nathanaël Mogé en quittant sa Guyane à 17 ans se voyait devenir basketteur professionnel. Aujourd'hui à 23 ans, il est mannequin professionnel et pose pour les plus grandes marques partout dans le monde. 

Nathanael Mogé © NM
© NM Nathanael Mogé
  • Par Catherine Lama
  • Publié le , mis à jour le
Avec sa stature de sportif élégant, sa démarche chaloupée toute en décontraction, Nathanaël attire les regards et son calme, son ouverture aux autres font le reste. Il a séduit les professionnels de la mode. Repéré dans la rue à Paris, il accepte de faire un shooting avec un photographe. Il poste ses premières photos sur Instagram. Ces clichés intéressent les organisateurs de Mister Ile de France qui le contactent et lui proposent de participer au concours qu'il remporte en mars 2017. Et c'est une autre voie qui s'ouvre pour le jeune basketteur de 20 ans. Lui qui évoluait en semi pro d'abord à Cholet puis en Italie et en Allemagne au poste d'ailier.
© NM
© NM
Cette élection lui ouvre des portes. Nathanaël est contacté, peu après, par un bookeur pour aller travailler en Chine entre Shangaï et Hong Kong comme mannequin. Il y reste 7 mois et vit une expérience très particulière :

"J'ai bien bossé, j'ai appris ce que c'était de travailler comme un chinois. Cela m'a plu. Dès le premier shooting, j'ai senti que c'était mon environnement... j'ai posé pour Adidas, Ralph Lauren, Balmain et plein d'autres..."

© NM
© NM


Nathanaël découvre les capitales de la mode

Après cette expérience en Chine, le Guyanais part à Washington en 2018 sur les conseils d'un ami photographe, puis à New York. De retour en France, il se choisit un agent qui s'occupe de tout pour lui. Il signe avec plusieurs agences dans le monde, à Londres, en Afrique du Sud, en Allemagne et en France.
Depuis Nathanaël parcourt le monde, il parle maintenant couramment l'anglais, la langue des mannequins. Il se rend, d'ailleurs, souvent en Angleterre où son profil intéresse beaucoup. 

"J'aime beaucoup Londres pour son atmosphère, les gens sont chaleureux, les équipes ont le sourire, c'est vraiment agréable. A Paris c'est différent, très professionnel, boulot boulot..."

Mais il est installé à Paris, la ville fashion où s'expose les meilleures marques.
© NM
© NM
Le jeune mannequin ne s'interdit pas d'autres rêves, il aimerait aussi être acteur et envisage de faire une école d'art dramatique. Mais avec ses différents contrats qu'il doit honorer à n'importe quel moment, il lui faut être disponible tout le temps. Il est souvent contacté la veille pour le lendemain.


Mannequin international underwear

Nathanaël a un corps de sportif qu'il entretient avec soin. Il a même suivi des formations en alimentation pour tenir sa forme. Il le faut, car il est mannequin underwear. Autrement dit, il est très sollicité pour des photos en sous-vêtements qu'il met en avant grâce à sa plastique impeccable.
Il ne regrette pas d'avoir choisi d'être mannequin. Il se donne les moyens de réussir, toujours soutenu par sa mère. Le jeune homme vit maintenant de ce métier où il a acquis une certaine notorieté. Il fait régulièrement les couvertures des grandes enseignes comme Les Galeries Lafayette, les Halles et les publicités de e-commerce.
Il ne fait pas encore les défilés, jugé trop "costaud". La tendance actuelle privilégie les profils androgynes susceptibles de porter indifféremment des vêtements pour homme ou femme.
Le Guyanais profite de sa vie qui lui fait parcourir le monde :

"Je ne me verrai pas faire toujours la même chose, chaque jour je rencontre de nouvelles personnes, je voyage, découvre des villes, tout cela c'est le luxe du métier..."
 

© NM
© NM

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play