Assises : 15 ans ferme pour l’homme accusé de viols, empoisonnement et séquestration à l’encontre de son ex-copine.

justice
Cour d'assises Amélie Gaillard
La salle de la cour d'assises ©Laurent Marot
Le verdict est tombé dans ce dossier de viols, empoisonnement et séquestration d’une jeune fille de 15 ans à l’époque des faits. Son ex-copain âgé aujourd’hui de 37 ans écope de 15 ans de prison ferme à l’issu de quatre jours de procès.
La sentence est tombée : 15 ans de prison ferme pour l’homme accusé de viols, d’enlèvement et d’empoisonnement. Pour la victime âgée de 18 ans aujourd’hui, l’essentiel c’est d’avoir été cru. Trois ans après les faits qui se sont déroulés à Saint-Laurent du Maroni, l’homme assis sur le banc des accusés a été condamné à la majorité absolue des voix.

Lorsqu’on aime une personne, on ne la viole pas à deux reprises. On ne pense pas non plus à la séquestrer ni même à l’empoisonner.

Maître Akim El Allaoui, avocat de la partie civile


L’homme condamné, encourait la peine maximale c’est-à-dire la perpétuité. L’avocat général, maître Michel Bonnieu avait demandé une peine de 30 ans. La cour d’assises a finalement tranché pour 15 ans. L’avocat de la partie civile et l’avocat général se sont dits tous deux choqués par cette affaire et indiquent n’avoir connu que peu de cas similaires au cours de leur longue carrière.
Maître Sonia Palou, avocate de la défense, indique qu’ils ne feront pas appel mais que c’est son client qui décidera. Le délai d’appel est de dix jours en temps normal, compte tenu de la crise sanitaire, il est actuellement de vingt. La victime elle n’a pas souhaité s’exprimer à notre micro. Mais pour cette jeune mère d’à peine 15 ans à l’époque de l’agression, c’est une très lourde page qui se tourne. Grâce à son diplôme de CAP Petite enfance, elle espère trouver un travail rapidement et ainsi aller de l’avant.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live