Boxe : Smaïlyn Aquino dans la cour des grands

boxe
Smaïlyn Aquino
Le boxeur Smaïlyn Aquino à l'entraînement ©Guyane la 1ère
Smaïlyn Aquino, retenez bien ce nom, vous risquez d’en entendre parler autant que d’un Yoma Jacobin, il y a quelques années. Le jeune homme de 17 ans s’envole dimanche pour les Hauts-de-France où il participera au championnat de France des mi-moyen (- de 69kg).
L’histoire de Smaïlyn, c’est un conte de fée comme la boxe sait si bien les écrire. Il y a 4 ans le jeune homme découvre ce sport lors d’une démonstration en extérieur, sur le terrain de basket de Matoury. Mais très vite, Jacques Chinon, conseiller technique de boxe et animateur ce jour-là lui prédit : « Toi tu ne feras jamais rien en boxe !... ». Piqué au vif, l’ado obèse, complexé, mal dans sa peau a le déclic. La métamorphose commence, aujourd’hui il est champion de Guyane et en phase finale des championnats de France.
Corinne Desitter maman de Smailyn et présidente de club satisfaite : 

"Cela lui a fait un bien fou. Il exprime des choses qu'il n'avait pas l'habitude d'exprimer avant" 

 


Dix victoires à son palmarès 

Avec 12 combats, dont 10 victoires à son palmarès, Smaïlyn se prépare un bel avenir. Il est entraîné par deux monuments de la boxe guyanaise : Hector Tran Van Doi et Dumerville Cippe. Depuis décembre, ils le préparent pour ces championnats de France, dans la catégorie des – 69kg. Ensemble ils peaufinent son atout premier…
Hector Tran Ran Van Doi entraineur Boxing Club de Matoury explique :

"Il faut une excellente forme physique. Plus il se fatigue, plus il a de l'énergie. Il va au-delà de sa résistance." 



Premier de la classe

Il en veut tellement Smaïlyn, que pour son club c’est très compliqué de lui trouver des adversaires pour combattre et même des sparring partners  pour les entraînements. La boxe a aussi transformé l’ancien cancre devenu 1er de sa classe. Alors même si il pense au titre national, c’est un autre combat qu’il a en tête.
Smaïlyn Aaquino champion de Guyane, Boxing Club de Matoury précise : 

"Je me projette sur mon bac et ensuite voir si je peux partir en Métropole pour continuer mes études et le sport". 


Le conte de fée n’est pas terminé, le jeune boxeur guyanais compte bien profiter de ces championnats pour taper dans l’œil des sélectionneurs de l’équipe de France. Une team avec laquelle il se verrait bien participer aux Jeux Olympiques de 2024….
Les Outre-mer en continu
Accéder au live