Brésil : la majorité des patients en réanimation sont des trentenaires

monde
covid brésil
Le Brésil déplore environ 4000 morts par jour de la Covid-19.

Chez notre voisin brésilien, les mauvaises nouvelles ne cessent de s'accumuler : les personnes entre 30 et 40 ans contractent le plus de formes graves du Covid-19, et non plus les personnes âgées, c’est ce que révèle une récente étude. En cause : le variant brésilien.

Ils sont devenus majoritaires. 52,2% des patients hospitalisés en soins intensifs au mois de mars, sont âgés de moins de 40 ans, alors qu'ils n'étaient que 14,6% au début de la pandémie il y a un an.

C’est ce que vient de révéler le coordinateur d'une étude de l'AMIB, l’Association brésilienne des soins intensifs.

11 000 patients au total

Pour le docteur Ederlon Rezende, l'un des auteurs de cette étude, le variant brésilien serait responsable de ces changements.

Il affirme : "On peut dire que le profil des patients en thérapie intensive est très différent actuellement de ce qu'on a connu au début de la pandémie dans notre pays. Ce sont des patients plus jeunes qui arrivent dans un état plus grave en thérapie intensive"

Cela pourrait être dû au nouveau variant local puisqu'il a été prouvé qu'il était plus contagieux mais aussi plus virulent et provoque une maladie plus grave

Docteur Ederlon Rezende

 

Comme partout ailleurs, les plus jeunes s'exposent davantage aux risques que leurs aînés, soit parce qu'ils doivent travailler, soit parce qu'ils se croient tout simplement moins vulnérables.

Les personnes de plus de 80 ans ne représentent plus que 7,8% des malades en soins intensifs grâce à un confinement plus strict et surtout après la vaccination.

amib
De gauche à droite : l'ancien président de l'AMIB, le Dr Ederlon Rezende, le secrétaire directeur, le Dr Marcelo Maia, le ministre de la Santé, le Dr Luiz Henrique Mandetta, avec le président de l'AMIB, le Dr Ciro Leite Mendes.

Alerte maximale chez notre voisin de l’Est donc. Au Brésil, plus de 4 000 personnes décèdent de la Covid-19 chaque jour. La pandémie a déjà fait plus de 353 000 morts en un an, le pire bilan au monde juste après les États-Unis.