Brésil : La police militaire met un terme à un vaste trafic de recel à Oiapoque ville frontière avec la Guyane

monde
Oiapoque
Une rue de Oiapoque au Brésil ©« Oiapoque2 ». Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons -
Vendredi 14 septembre à Oiapoque, les agents de la police civile et un bataillon des opérations de police militaire de l’Amapá ont saisi des médicaments, des munitions, des téléphones portables et des cigarettes de contrebande. Quatre suspects ont été arrêtés.
 
Depuis plusieurs semaines les policiers d’Oiapoque, ville frontière brésilienne avec la Guyane, enquêtaient sur un réseau local de revente de matériaux et d’objet illégaux.
 

Opération de police militaire

Vendredi matin, les agents de la police civile, épaulés par un bataillon des opérations spéciales de police militaire de l’Amapá, ont ainsi mis la main sur plusieurs lots de marchandises volés et de substances illicites : médicaments, munitions, téléphones portables, cigarettes de contrebande. Ces produits illicites ont été découverts chez des habitants d’Oïapoque mis sous surveillance depuis plusieurs jours.


Vaste trafic 

Quatre suspects ont été arrêtés en flagrant délit. Ils sont poursuivis pour trafic de drogue, possession illégale de munitions et contrebande. Selon le délégué général de la police civile, Uberlândio Gomes, les munitions importées et les téléphones volés étaient échangés contre de la drogue et des cigarettes introduites illégalement au Brésil.
Le délégué général de la police a annoncé en outre, que la lutte contre ces types de crimes s’intensifierait dans l’Amapá.
Selon la police civile, en quatre mois, plus de 260 personnes ont été arrêtées au cours d’opérations menées dans plusieurs municipalités de l’Etat.