Brésil : une procédure de destitution de la présidente Dilma Rousseff en deux temps

monde
Marche de protestation le 16 mars à Brasilia
Marche de protestation le 16 mars à Brasilia ©Wikipedia
Dilma Rousseff joue son avenir avec le vote du parlement de ce17 avril, mais attention il ne décidera pas de son départ immédiat. Pour quelle raison ? Quels sont les scénarii envisageables selon le résultat du vote?
 
Le nombre qui est scruté par les observateurs cet après-midi c’est le 342. Il s’agit du nombre de voix nécessaires au sein du Parlement  pour confirmer la procédure de destitution.
Après avoir été validée vendredi par le tribunal suprême fédéral, la procédure est examinée par les députés tout ce week-end. L’opposition doit donc rassembler ces 342 voix, soit les deux tiers de l’assemblée pour espérer continuer le processus. Car le vote ne fera pas quitter le pouvoir à la présidente. Il ne s’agit que d’une étape. La prochaine étant l’approbation du document par le Sénat. Mais cette fois, une simple majorité suffira pour prononcer alors la mise en accusation de Dilma Rousseff. Elle serait alors écartée pendant 180 jours maximum dans l’attente du jugement.
Mais si ce soir, l’opposition ne réunit pas 342 voix, la procédure est automatique annulée et alors Dilma Rousseff sauverait son mandat.