Les bureaux de poste tournent au ralenti

économie
La poste de Rémire-Montjoly
La poste de Rémire-Montjoly ©Lindy Nedan
Les usagers de La Poste grincent des dents depuis plusieurs jours. Avec des queues interminables pour accéder aux différents services postaux, il faut s’armer de patience. La crise sanitaire y est pour beaucoup dans ce ralentissement d’activité.
 
Dans certains quartiers, les facteurs se font de plus en plus rares depuis le début de la crise sanitaire. Pour recevoir des colis, la patience est de mise.
Comme de nombreuses entreprises en Guyane, La Poste a dû s’adapter à la crise sanitaire et à ses conséquences. Depuis plusieurs semaines, les services d’acheminement et de distribution, fonctionnent en effectif réduit. Arrêt maladie ou garde d’enfants les motifs ne manquent pas pour justifier les absences des salariés.  

La situation de la distribution du courrier suit l’épidémie. On n’est pas en marge de la société. Les postiers sont des Guyanais

Yahn Vilette, directeur régional de La Poste


Distribution des colis au compte-gouttes.

La Poste de Baduel à Cayenne, a mis en place un service dédié au colis depuis le début de la crise sanitaire avec des horaires spécifiques.
Tous les jours, c’est l’affluence.  Une situation qui met les nerfs des usagers à rude épreuve.

Micro-trottoir des usagers de la Poste de Baduel à Cayenne

À chaque nouveau cas, nous devons évacuer le personnel et désinfecter les lieux, ce qui traduit également par un ralentissement de l’activité .

Yahn Vilette, directeur régional de La Poste


Ralentissement de l’acheminement

Avant le 16 mars, treize vols par semaine étaient programmés afin d’acheminer le courrier le territoire. Pendant le confinement seuls deux vols étaient programmés. À présent, les services de La Poste reçoivent le courrier trois fois par semaine. Des colis sont en attente depuis plus d'un mois dans l’hexagone.

Yahn Vilette, directeur régional de la Poste, invité du journal radio de 7h

Une situation qui devrait revenir à la normale à la fin de la crise sanitaire.


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live