publicité

C'est une ligne de grains au-dessus de la Guyane qui a généré des vents soufflant à près de 95km/h

Mini rafale, mini cyclone, les qualificatifs ne manquent pas pour évoquer les intempéries du 24 juin. Selon les prévisionnistes, il s’agissait d’une ligne de grains, en clair un alignement d’orages dont l’éclatement a généré des vents violents. Un phénomène rarissime.

  • Par Marie-Claude Thébia
  • Publié le , mis à jour le
Les dégâts matériels impressionnent.Toitures arrachées, routes jonchées d’arbres et de feuilles de tôles, voitures cabossées, de mémoire de guyanais on avait jamais vu cela. La Guyane, terre jusque là épargnée par les catastrophes naturelles, semble victime   également du dérèglement climatique. Les rafales du dimanche 24 juin peuvent paraître mineures, mais elles sont le signe certain d'un changement profond de notre environnement. Les vents qui ont soufflé sur la Guyane durant près de 30 minutes, interpellent par leur soudaineté et leur intensité.


Choc est-ouest

Selon Christian Brévignon adjoint au chef de centre météo également responsable des prévisions au centre météorologique, la situation d’hier a été provoquée par la conjugaison d’un certain nombre de facteurs déterminants :
Tout d’abord une onde tropicale au dessus de l’Atlantique générant à l’est de la Guyane, un rabattement de nuages chargés d’eau, une ligne de grains, appelé aussi alignement de nuages collectifs, provoquant un front de rafales. A l’intérieur de chaque nuage, les mouvements ascendants se sont heurtés aux mouvements descendants déclenchant l'intensité des rafales. Plus les nuages étaient alignés, plus les rafales étaient fortes.
Dans le même temps, des cumulus bien développés étaient déjà présents au-dessus de la ville de Matoury à l’est.


Des vents allant jusqu'à 94,7km/h

C’est ce choc de nuages est-ouest au-dessus de la Guyane qui a créé ces vents pouvant aller jusqu’à 94,7 km/h, un record.Un chiffre sans précédent, car les vents en principe dans notre région, vont de 20 à 30 km/h.
Une ligne de grains avec une telle intensité est rarissime. Il est selon les prévisionnistes impossible de la prévoir ou de l’anticiper. Le phénomène aura duré moins d'une demi-heure.
Le reportage de Guyane la 1ère :


 

1 529 945 606

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play