Carnaval de Guyane 2022 : dans l'attente d'une annonce officielle, les groupes de rue se mettent en condition

carnaval guyane
Carnavaliers
En raison de la crise sanitaire, le mystère plane sur la tenue du Carnaval 2022 en Guyane. En attendant qu’une décision soit prise, les groupes de rue commencent à se préparer (ou non) au cas où l’événement aurait lieu. Rencontre avec les présidents des groupes Kassialata et Mayouri Tchô Nèg.

La période approche et les points d'interrogation se multiplient. A ce jour, plusieurs rencontres ont été organisées avec les acteurs du carnaval afin de savoir si l'événement aura lieu, ou non, en 2022. Pour l'instant, aucune information à ce sujet n’a été publiquement dévoilée par la Préfecture de Guyane. Néanmoins, comme à l’accoutumé, certains groupes carnavalesques ont débuté leurs entraînements. C’est le cas de Mayouri Tchô Nèg, qui s’exerce sur le parking du stade Edmard-Lama (Rémire-Montjoly) depuis plusieurs semaines.

Mayouri Tchô Nèg dans les starting-blocks

"On n’a jamais arrêté les entrainements", indique le président de Mayouri Tchô Nèg. Il poursuit : "depuis juin 2021, on s’est entraîné à plusieurs endroits sans permission. On a lancé les autorisations, mais toujours pas de réponse. On va les relancer." En effet, le groupe carnavalesque s’entraîne une à deux fois par semaine (le mercredi et le dimanche) sous le regard des carnavaliers impatients. Ils le font "au cas où" et "pour conserver la cohésion du groupe".

Suite aux différentes rencontres organisées par la préfecture, il pense pouvoir affirmer que le carnaval (de rue et en salle) aurait bien lieu. Mayouri Tchô Nèg se prépare donc à défiler. "On a les tissus des trois premiers costumes, il faut commencer à les confectionner", dit-il. "On ne sera pas présent pour le 1er défilé, mais une quinzaine de groupes est prévue", rapporte le président. Et de préciser : "après, tout dépend de l’évolution de l’épidémie".

Les discussions toujours en cours

Contactée par la rédaction, la Préfecture de Guyane indique que le déploiement du carnaval 2022 n’est pas confirmé à ce jour. Le travail entre les services de l’Etat et les carnavaliers serait toujours en cours. Néanmoins "les services de l’Etat sont preneurs de toutes propositions. Selon l’évolution de l’épidémie, un protocole sanitaire sera appliqué", indique le service de communication.

On craint que, finalement, tout soit annulé au dernier moment. Si ça arrive, on aura nos costumes sur les bras et les membres auront déjà payé leurs cotisations. On est plus d’une centaine (musiciens, danseuses et encadrants compris). En cas d’annulation, les groupes de touloulous sales (des groupes informels, ndlr) vont défiler.

Président de Mayouri Tchô Nèg

 

Un carnaval 2022 sans Kassialata

Mauvaise nouvelle pour les fans de Kassialata. Le groupe mythique, lui, ne s'entraîne pas en prévision du Carnaval 2022. "On ne peut pas se préparer en deux mois, on ne cautionne pas la médiocrité", estime Stéphane Saint-Foie, président de l’association carnavalesque. Il poursuit : "On a l’habitude de proposer un spectacle conséquent aux Guyanais, on ne peut pas leur présenter une prestation réalisée en deux mois."

Par ailleurs, le président ne souhaite pas solliciter ses sponsors dans les conditions économiques actuelles. "On souhaite respecter les sponsors. L’année a été difficile pour eux et le carnaval reste de l'amusement. Je me vois mal leur demander de financer un amusement alors qu’ils ont des difficultés", déclare-t-il. Kassialata honorera tout de même ses prestations privées en passant par l’autofinancement. Stéphane Saint-Foie craint également l’arrivée d’une 5ème vague.

Un nouveau trajet pour les défilés

Autre ombre au tableau pointée par les présidents des deux groupes : le trajet du défilé aurait été modifié.  "On parle de notre carnaval comme d’un patrimoine culturel mais on le modifie", dénonce l’un. "Je ne comprends pas ce changement", confie l’autre. Ce nouveau parcours - si carnaval il y a – irait du Lycée Melkior-Garré au stade Georges-Chaumet, généralement appelé stade de Baduel.