Cayenne : 8 demandeurs d'asile cubains dorment à même le sol depuis plusieurs semaines

immigration
Les réfugiés cubains demandeurs d'asile à Cayenne
Les réfugiés cubains demandeurs d'asile ©Céline Fleuzin
Arrivés en Guyane le 30 juillet dernier en passant par le Suriname, 8 cubains demandeurs d'asile dorment à même le sol depuis plusieurs semaines à Cayenne. Malgré des mains tendues, leur situation reste très compliquée.
Après un long voyage en mer par le Suriname, 8 Cubains sont parvenus à poser les pieds sur le sol guyanais, c’était le 30 juillet dernier.
Deux jours après, ils se sont fait tester à la Covid-19. Avec des résultats négatifs, ils se sont ensuite dirigés vers Cayenne puisqu’un rendez-vous à la Croix-Rouge de la ville a été programmé par la Sous-préfecture de la ville de Saint-Laurent-du-Maroni. Mais jusqu’à ce jour, ils dorment à même le sol. Malgré des mains tendues, leur situation reste très compliquée.


Des personnes victimes de discriminations dans leur pays

L’homosexualité est très mal vue à Cuba. 7 de ces 8 Cubains disent avoir été discriminés rien que pour trouver du travail par exemple.
Réfugiées cubaines
Un couple de cubaines demandeuses d'asiles ©Céline Fleuzin
Persécutés, les violences verbales et physiques, elles, étaient monnaie courante. En quittant leur pays, ils espèrent en finir avec cette situation dite invivable.
 

« Je sors avec elle, nous sommes un couple. À Cuba, nous sommes considérées comme des criminelles parce que nous sommes lesbiennes. Je souhaite récupérer mon fils âgé de 16 ans resté là-bas. Il n’est pas respecté parce qu’il est homosexuel aussi. »

Karelia Yanet Perrez - cubaine


Depuis leur arrivée à Cayenne, il y a maintenant plus de 2 semaines, ces personnes dorment en pleine rue sur quelques matelas offerts par le voisinage. Ils ont été repérés par des bénévoles qui tentent tant bien que mal de leur venir en aide

De l'aide pour la traduction de l'espagnol en français. Pour faire les papiers, ils n'ont pas d'argent pour les photos ... Il faut de l'eau, de la nourriture pour tous les jours...

Mari Trini Giner - bénévole


La nouvelle association Kaz’Avenir a été créée en 2020 pour lutter contre l’homophobie en accompagnant ce public quel que soit leur âge ou leur nationalité. L’équipe œuvre pour cette cause depuis de longues années.
Après avoir mené des recherches, ces hommes et ces femmes ont découvert que les droits de l’homme sont respectés en Guyane. Dans l’attente que la Croix-Rouge leur vienne en aide, ils espèrent que leurs demandes seront prises en compte.   
L’association Kaz’Avenir lance un appel à toutes les personnes souhaitant accueillir l’un des Cubains à courte ou longue durée. Pour se manifester rendez-vous sur le site internet : kaz-avenir.org/