Cellule Interministérielle de Crise : le comité citoyen pour la transparence voit le jour

coronavirus
Préfecture de la Guyane
©Guyane la 1ère
Nouvelle Cellule Interministérielle de crise (CIC) ce jeudi 09 septembre. Une réunion qui a notamment permis de dessiner les contours du Comité citoyen pour la transparence.

Pas de changements majeurs dans les mesures de restriction en vigueur à l’issue de la dernière Cellule Interministérielle de Crise, si ce n’est cette bonne nouvelle pour les entreprises fermées jusqu’à présent, notamment les restaurants et les salles de sport.
Le préfet Thierry Queffelec a indiqué qu'il était désormais possible d'effectuer une demande de réouverture auprès de ses services.
Si la réponse est positive, les patrons seront alors dans l'obligation de mettre en place le pass sanitaire. Une mesure qui vaut pour les 3 prochaines semaines.  

Autres annonces : la rentrée aura bien lieu le 13 septembre prochain dans les écoles des communes placées en zone rouge. Les modalités de cette rentrée scolaire seront présentées prochainement par le recteur d’académie, Alain Ayong Le Kama.
Il n’y a toujours pas d'obligation vaccinale et sur le plan politique, le second tour de l’élection municipale est maintenu ce week-end à Apatou. 

Un comité pour rétablir la confiance entre la population et les autorités


Il a aussi été question du comité citoyen pour la transparence.  

L’idée du projet avait été soumise par le président de la collectivité territoriale Gabriel Serville aux autorités il y a quelques semaines, suite à la mise en place d’une instance similaire en Martinique par le préfet Stanislas Cazelles…

L’objectif c’est de rétablir la confiance entre les pouvoirs publics, qui gèrent la crise sanitaire, et la population.
Cela fait des mois en effet que les messages des autorités ont du mal à passer, notamment au niveau de la vaccination. Même si la tendance des contaminations est à l’accalmie, le taux d’injections continue lui de plafonner sur le territoire.
Ce comité citoyen a donc pour mission de rassurer.
Ses membres, installés ce jeudi 09 septembre, pourront par exemple visiter différentes structures, examiner les projets de mesures de freinage, vérifier les informations qui circulent, proposer des orientations en matière de communication ou encore assister à certaines réunions de la CIC. 

La mise en place du comité a été actée à travers une convention tripartite entre la préfecture, l'Agence Régionale de Santé et la CTG.  

17 personnes, de divers horizons professionnels, ont été sélectionnées. Une première rencontre est prévue à la CTG, la date n’a pas été communiquée.