Centre hospitalier de Cayenne : une délégation des urgentistes démissionnaires reçue par les élus de la CTG

santé
Le siège de la CTG
Le siège de la Collectivité Territoriale de Guyane à Cayenne ©CL
Ce matin, une délégation des urgentistes démissionnaires s'est rendue à la Collectivité territoriale de Guyane. Les médecins ont rencontré le président et plusieurs élus, pour faire le point sur la situation. 
La Collectivité territoriale s’intéresse aux questions de santé, même si elle n’en a pas la compétence. Les élus ont, disent-ils, écouté les revendications des médecins urgentistes.
Ces derniers ont rappelé à la sortie de cet échange qu’ils ne réclamaient pas d’argent. Pas de hausse de salaire ou de prime. Non, c’est l’attractivité qui fait défaut à cause :
- De la politique interne du CHAR, qu’ils mettent en cause
- De l’attractivité de la Guyane
Sur ce deuxième point la CTG dit réfléchir. C’est l’affaire de tous,  a indiqué Catherine Léo 5ème vice-présidente en charge des affaires sanitaires. Les médecins veulent pouvoir faire de la recherche, participer à des colloques. Il faut aussi les accompagner, à leur arrivée, pour faciliter leur installation.
Autre point sur lequel la CTG peut intervenir : elle peut servir de relais pour interpeller la ministre de la santé, Agnès Buzyn, l’inviter à venir ou la rencontrer à Paris.

La réunion à l'hôpital déclinée


C’est Mylène Mazia, la présidente du conseil de surveillance, qui a lancé l’invitation, à une délégation de médecins mais aussi à la directrice de l’hôpital et à plusieurs cadres à qui elle avait apporté son soutien la semaine dernière. Les urgentistes démissionnaires ne veulent pas y aller. Le docteur Pierre Chesneau explique la position des médecins qui souhaitent une médiation neutre :

La réaction du Dr Chesneau, délégué syndical



Les urgentistes attendent la confirmation d’une autre réunion, à laquelle l’ensemble des médecins démissionnaires pourront assister.