guyane
info locale

Centre hospitalier de Cayenne : la directrice Agnès Drouhin avoue ses difficultés à recruter des médecins

santé
Agnès Drouhin, directrice du Char
Agnès Drouhin, directrice du Centre hospitalier Andrée Rosemon ©Guyane la 1ère
La crise à l’hôpital de Cayenne a atteint son sommet la semaine dernière. 17 médecins des urgences ont déposé une démission, une action collective pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail. La directrice du CHAR, Agnès Drouhin s'est expliquée sur le contexte de cette situation.
Invitée du JT soir de Guyane la 1ère, la directrice du Centre hospitalier Andrée Rosemon, Agès Drouhin a apporté des explications sur la situation dégradée qui a conduit à la démission collective de 17 médecins urgentistes.

Un recrutement de médecins difficile 


Agnès Drouhin l'affirme : les médecins sont toujours au travail et durant la période obligatoire de préavis de deux mois, tout va être mis en place pour rétablir un dialogue et trouver des solutions.
Cependant la tâche est ardue. Il n'y a pas de problème financier qui gêne le recrutement de praticiens à l'hôpital de Cayenne. Les budgets sont en place mais les médecins français ou étrangers ne se bousculent pas au portillon :

"... Ce n'est pas un problème de finances, les postes nous les avons, c'est un problème de recrutement médical. Plusieurs fois, nous avons alerter sur nos difficultés à recruter. C'est vrai pour les urgentistes, c'est vrai pour les centres de santé, c'est vrai dans d'autres spécialités. Il faut que l'on trouve des médecins ... et si on ne trouve pas de médecins, il va falloir imaginer avec les médecins concernés des modes de fonctionnement qui permettent d'assurer la sécurité des patients, de préserver l'équilibre vie et profession..."


La recherche s'effectue en France et à l'étranger et reste vaine pour l'instant. Cette situation de pénurie de personnels soignants est arrivée à son apogée mais elle dure depuis des années. L'hôpital avait été mis sous tutelle en 2016 et un plan pour l'équipement de 4 millions avait été négocié avec la ministre de la santé de l'époque, Marison Touraine.
Deux années après, la situation du CHAR apparaît encore plus dégradée.
Agnès Drouhin a déclaré en radio qu'un investissement de 21 millions pour améliorer la structure hospitalière est en cours et qu'un nouveau plan d'investissement de 43 millions est aussi prévu.

 

Publicité