Cayenne : une spirale de la violence qui peine à trouver une fin au quartier Mont Lucas

société cayenne
Cité Mont-Lucas
L'entrée de la cité Mont-Lucas à Cayenne ©CL

Les habitants du quartier Mont Lucas à Cayenne sont inquiets et désabusés. Le dernier acte de violence, un échange de coups de feu entre bandes rivales en plein midi ce 22 juin faisant 2 blessés a fait déborder la coupe déjà trop pleine. Les professionnels de santé menacent de quitter le quartier.

La résidence Mont Lucas a été construite au début des années 90 au siècle dernier dans la zone sud ouest de Cayenne. Des collectifs qui promettaient avec des équipements sportifs pour la jeunesse, des locaux pour les commerces, une crèche, une maison des jeunes notamment une vie agréable à ses habitants.
Mais depuis une décennie, on observe une dégradation du climat social et l'augmentation des actes de violence.
Le dernier incident s'est produit ce 22 juin. Deux bandes rivales se sont affrontées au beau milieu de la journée en tirant l'une sur l'autre, bilan deux blessés.
Le témoignage d'un riverain recueilli par Guyane la 1ère :

Faits-divers : fusillade à Montlucas à Cayenne.

Un événement qui a choqué profondément un habitant, père de famille, qui compte bien quitter le quartier :

Selon moi, le quartier est complètement à l'abandon, les élus ne s'y intéressent pas trop et cela qu'il s'agisse de la violence ou même des canaux. Ils ne sont pas entretenus et dès qu'il pleut, il y a des inondations. Les plateaux sportifs de football et basket ne sont pas entretenus. Dans le bâtiment où j'habite depuis 10 ans, les voisins n'ont pas changé et cela reste calme. Par contre , j'ai observé la succession de faits divers depuis quelques temps. On est mal.
Je vois régulièrement des enfants de 10, 12 ans fumer leurs pétards. Il y a une imprégnation dans la cité de drogue, d'alcool devant les commerces et les boites aux lettres. Je n'ai pas l'impression que les choses vont s'améliorer  et je ne compte pas rester là.

 

Des événements violents qui perdurent depuis plusieurs années 

Le phénomène des bandes de quartiers n'épargne pas la Guyane et le quartier de Mont Lucas comme tant d'autres en subit les conséquences depuis plusieurs années. En avril 2020, des affrontements avaient lieu entre bandes de Mont-Lucas et de la résidence La Pépite :

Au mois de mai 2020, 9 personnes ont été interpellées, toujours à Mont-Lucas dans une affaire de violence en réunion et de drogue.

En 2019, une autre affaire secoue le quartier. Des coups de feu sont tirés par un facteur à l'encontre d'un riverain après une violente altercation.

 

Un collectif de citoyens face à des bandes armées

En juillet 2018, un commerçant de la cité Mont-Lucas subit un violent braquage. Une énième agression qui bouleverse les habitants. Ils décident de réagir contre cette violence qui s'installe et refusant la fatalité, créent un collectif. Ils veulent changer l'image de ce quartier difficile et dortoir où une partie de la jeunesse est en déshérence, faute de travail et de perspectives d'avenir.

Le docteur Jewad Bensalah, membre de ce collectif citoyen réclame une maison de quartier pour instaurer une nouvelle dynamique dans la zone.
Une maison de quartier officiellement inaugurée en avril 2019. Un animateur est alors chargé d'encadrer les jeunes. La municipalité met aussi à disposition une bibliothèque libre-service. Depuis, elle a été vandalisée.

Aujourd'hui, le collectif citoyen appelle une nouvelle fois à une meilleure prise en charge des besoins de la cité. Le docteur Jewad Bensalah exprime la lassitude et le découragement des socio professionnels de santé :

On demande des éducateurs et des médiateurs de rue, la rénovation des équipements sportifs qui sont à l'abandon, l'installation de la vidéo surveillance et une permanence de la police municipale. Si on n'est pas entendu, les socio professionnels de santé vont quitter le quartier. Nous avons essayé d'améliorer le vivre ensemble mais on ne peut pas continuer avec en face des bandes armées...

Des socio professionnels de Mont-Lucas
©CL