Coronavirus : le Centre hospitalier de Cayenne lance son plan de riposte au Covid-19

coronavirus cayenne
Le service de réanimation du CHC
Le service de réanimation du CHC ©Jocelyne Helgoualch
Le Centre hospitalier lance son plan de riposte au Covid-19. Sept malades sont décédés depuis le 4 mars au CHC. La direction du CHC dévoile sa stratégie pour faire face à l'afflux des malades annoncé. 
Ce sont 2 500 professionnels du CHC qui aujourd’hui sont mobilisés pour accueillir les malades Covid. Depuis l’accélération de l’épidémie, le Centre hospitalier de Cayenne a affiné sa stratégie afin de faire face au pic épidémique qui s’annonce. Une mission ministérielle composée de trois experts accompagne les soignants dans cette démarche. L'objectif est de faire un partage d'expériences et de remonter les besoins. Un accompagnement valable pour les trois hôpitaux de Guyane. Une cellule de crise interne à l’établissement se réunit désormais quotidiennement. Le professeur Félix Djossou président de la Commission médicale d’établissement, est nommé directeur médical de crise.


Réorganisation des services

Depuis le 8 juin, 120 patients ont été hospitalisés au CHC. Les capacités d’hospitalisation Covid-19 ont doublé en 10 jours passant de 50 lits Covid à 109 lits. Les Services de "médecine interne, rhumatologie, oncologie, hématologie", de "médecine post-urgence", de "soins de suite et réadaptation" ont été transformés en "Unités de médecine infectieuse et tropicale" (UMIT). Le 12 juin, 15 lits de réanimation ont été ouverts. Ils s’ajoutent aux lits de réanimation non Covid disponibles sur l’établissement. « Conformément au plan d’action, une seconde unité de 15 lits est prête à ouvrir. Les unités dédiées à l’accueil de patients Covid-19 ont également été déployées en maternité (15 lits) en pédiatrie (7 lits) et en réanimation néonatale (2 lits) ».
 

Se battre contre le Covid-19

17 soignants de la réserve sanitaire nationale seront dès aujourd’hui en renfort. D’autres personnels, hors réserve sanitaire sont également prévus pour soulager les équipes soignantes. L’idée est de permettre aux soignants de se concentrer uniquement sur la prise en charge des patients urgents, aigus et atteints de pathologies graves.
« L’activité de chirurgie programmée est suspendue. Sont maintenues les interventions urgentes,
semi-urgentes et la cancérologie, des partenariats sont organisés avec la clinique Saint-Gabriel, notamment pour les accouchements de niveau 1 et l’activité de soins de suite et réadaptation, les hospitalisations à domicile (HAD, enfin les évacuations sanitaires (EVASAN) précoces se mettent en place».

Enfin, un hôpital de campagne de la sécurité civile, l’Escrim (Elément de sécurité civile rapide d'intervention médicale) doté d’une capacité médico-chirurgicale de 20 lits sera installé cette semaine au CHC pour accueillir des patients non-Covid. Il sera déployé avec son personnel.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live