guyane
info locale

Environnement : la vase est de retour sur les côtes guyanaises

environnement cayenne
Environnement : la vase est de retour sur nos côtes
©M. Berthomé
La vase est de retour sur nos côtes. Ce phénomène est quasi unique au monde de part sa rapidité, les bancs de vase peuvent apparaître en quelques mois seulement, changeant totalement la physionomie du littoral guyanais.
Deux ingénieurs géologues du littoral viennent régulièrement sur cette plage de la presqu’ile de Cayenne pour y étudier un phénomène bien connu en Guyane, la formation de ces bancs de vase aux dimensions impressionnantes. Ils font en moyenne 40 kilomètres de long, 20 kilomètres de large. Grâce à un GPS différentiel, ces scientifiques peuvent suivre l’évolution de ces bancs de vase avec précision.
François Longueville, ingénieur géologue littoral au BRGM :

"c'est ce que l'on appelle un DGPS, c'est un GPS différentiel il permet d'avoir une précision au centimètre sur la position de la plage. On fait ça chaque année, pour pouvoir suivre les évolutions, et on le fait dans le cadre de l'observatoire de la limite cotière de Guyane."


Cette vase a parcouru un long chemin. Elle arrive  du fleuve Amazone au Brésil et migre tout au long du plateau des Guyanes jusqu’au Vénézuela. La formation d'un banc de vase sur une plage en Guyane est synonyme de protection pour le littoral.
François Longueville, ingénieur géologue littoral au BRGM :

"on a la plage située en arrière, donc la plage sableuse qui est protégée contre les phénomènes d'érosion. Pourquoi? Parce que la vase atténue la houle, on voit très bien que les vagues sont atténuées au large."


Depuis 2014, le BRGM et la Deal copilotent l’observatoire de la dynamique côtière de Guyane. Ces bancs de vase qui se déplacent sans arrêt sur le littoral guyanais provoquent des changements de paysage de façon extrêmement rapide. Les chercheurs observent des plages qui peuvent gagner en quelques années plusieurs mètres, d’autres au contraire être en recul.
François Longueville, ingénieur géologue littoral au BRGM :

"on a toujours observé des zones d'agression, des zones d'érosion. Je peux vous donner un exemple très concret, dans le passé, il y a eu en 1930, la mer qui arrivait jusqu'à Iracoubo. Maintenant, si vous allez à Iracoubo, on a de la mangrove qui s'est installée"

Malgré le déplacement incessant des bancs de vase, les scientifiques ont aussi observé au fil des décennies, un recul du trait de côte du littoral guyanais.
©M.Berthomé





 
Publicité