Le nouveau pont du Larivot verra bien le jour en 2024

travaux publics cayenne
Réunion 12 avril à la CCIG sur le projet de pont
Réunion 12 avril à la CCIG sur le projet de pont du Larivot ©Franck Fernandes

Une nouvelle rencontre concernant le nouveau pont du larivot avait lieu ce 12 avril à la Chambre de commerce. Le Préfet de Guyane avait réuni les élus et autres acteurs locaux pour mieux présenter le projet de pont deux fois une voie qui, finalement, verra le jour en 2024.

Le projet de pont du Larivot proposé par les services de l'état c'est un pont supplémentaire en plus du pont existant qui restera en service. Un doublement de pont qui ne fait pas l'unimité auprès des élus et de la population.

Projet nouveau pont Larivot
©Guyane la 1ère


Les élus étaient présents à la CCIG, parmi eux, le maire de Matoury, Serge Smock, celui de Kourou, Francois Ringuet, le maire de Rémire-Montjoly, Claude Plénet comme Rodolphe Alexandre, président de la CTG - ont pu poser leurs questions et émettre leurs doutes.
De nombreux élus, donc des socio-professionnels, des citoyens lambda et les services de l’Etat ensemble pour échanger sur le futur pont du Larivot.

La question des aménagements de la RN1 vers Macouria

Des discussions ou souvent certains n’ont pas manqué de rappeler que ce projet ne répond pas totalement aux attentes de la population, notamment en terme d’aménagement de la RN1. Pour Gilles Adelson, le maire de Macouria,  cet ouvrage ne va pas régler durablement le problème des embouteillages dans cette zone :

Tant que nous n'aurons pas le tracé et l'aménagement de ces autres ponts de Pointe Liberté jusqu'à Tonate et un véritable aménagement clairement défini comme ce qui a été fait entre les deux rond-points de Soula 1 et Soula 2, un boulevard urbain.
Il nous faut savoir comment toutes les cités, les lotissements qui sont de part et d'autre de la voie vont être desservis... c'est la prochaine étape qui n'est toujours pas présentée.

Pont du Larivot
©Guyane la 1ère

Il n’en demeure pas moins que pour le Préfet, Thierry Queffelec, il y a nécessité de réaliser ce nouvel ouvrage pour permettre une fluidification de la circulation sur cet axe :

On a eu des questions très simples : peut-on circuler en famille? Oui même à pied, en vélo ... Le TCSP qui se met en place et va émerger, oui il pourra prendre le pont dans les deux sens.
Tout cela va se travailler ... On a crééun outil et c'est à nous de nous l'approprier. C'est un outil gratuit du quotidien... On peut flécher tout cela dans les contrats de convergence, ce que l'on appelle les micro contrats de plans ...


Pour Olivier Mantez, président de la cellule économique du BTP, il faut effectivement avoir une vision beaucoup plus grande :

Le pont c'est un élément de l'aménagement, on l'a vu dans les débats. Il y a le traitement des rond-points actuels, Balata et le traitement de la deux fois deux voies jusqu'à Kourou avec des passages en hauteur... Ce pont est une première étape et comme dit Mme Patient, on lance le deuxième nouveau pont ...


Une autre solution qui se fait insistante : la construction d'un troisième pont

La construction d’un troisième pont avait déjà été formulée par les élus de Guyane en 2018. Isabelle Patient, troisième vice-présidente de la CTG, déléguée à l’Aménagement du territoire, au Logement et au Transport le rappelle avec force :

Ce qui avait été acté dans le shéma d'aménagement régional, c'était le doublement du pont et de la RN1 jusqu'à Kourou... On découvre en 2018, le profil d'un pont à deux fois une voie. Les élus dont moi, nous nous sommes étonnés de voir ce profil. Suite à des discussions houleuses avec les services de l'état, nous avons eu en conclusion la construction d'un 3e pont. Et là force est de constater que rien. Oui il faut démarrer pour fluidifier la circulation mais la condition sine qua non c'est la réalisation de ce 3e pont acté en 2018 sous le préfet Faure. Il viendrait en remplacement de l'actuel pont du Larivot qui n'est pas compatible avec le tirant d'eau d'une navette fluviale, il n'est pas sécuritaire, il est donc urgent d'envisager son remplacement.


L’Etat a la maitrise d’ouvrage du pont et en assure également le financement à 100%, soit près de 126 millions d’euros.

Cette réunion a été suivie aussi sur internet en direct par de nombreux guyanais.

Le reportage de Myriam Boicoulin et Franck Fernandes

Pont du larivot : entre attentes et doutes, quelles décisions?