Les services de l'Etat dressent le bilan des aides économiques en Guyane : 46 millions d'euros distribués

économie cayenne
Dépôt de listes à la Préfecture
©Guyane la 1ère
C’est un bilan économique globalement positif que les services de l’Etat dressent en Guyane, après la crise sanitaire. Selon les pouvoirs publics, les dispositifs d’aides aux entreprises et aux salariés ont permis de limiter l’impact de l’épidémie de Covid 19. 
C’est un bilan économique globalement positif que les services de l’Etat dressent en Guyane, après la crise sanitaire. Selon les pouvoirs publics, les dispositifs d’aides aux entreprises et aux salariés ont permis de limiter l’impact de l’épidémie de Covid 19. Des subventions et des prêts dont n’ont pourtant pas bénéficié toutes les sociétés.


Des dispositifs bien venus

En Guyane, la crise sanitaire n’a pas provoqué de crise économique majeure, c’est du moins ce qu’affirment aujourd’hui les services de l’Etat, qui mettent en avant les dispositifs d’aides aux entreprises.
Rémi Bochard, directeur général de la coordination et de l’animation territoriale (Préfecture de Guyane)
Rémi Bochard, directeur général de la coordination et de l’animation territoriale (Préfecture de Guyane)
 

« Les dispositifs déployés par le gouvernement ont plutôt fonctionné puisqu’on n’a pas de fermeture d’établissements en grand nombre. Au tribunal de commerce pour l’instant il n’y a pas de dossiers d’entreprises en faillite à cause du confinement ou à cause de la crise Covid. »

Rémi Bochard, directeur général de la coordination et de l’animation territoriale (Préfecture de Guyane)



Parmi les aides proposées par l’Etat, il y a d’abord le Fonds de solidarité, une subvention versée directement aux entreprises.
 

« Depuis le début de la crise, depuis mars et ça continue, c’est déjà 46 millions d’euros qui ont été injectés dans les trésoreries des entreprises. En plus de cela, le dispositif d’activité partielle, ou chômage partiel, a permis de payer les salaires de nombreux salariés en Guyane et c’est plus de 35 millions d’euros qui ont déjà été versés aux entreprises pour leurs permettre de garder leurs salariés et éviter de les licencier ».

Rémi Bochard, directeur général de la coordination et de l’animation territoriale (Préfecture de Guyane)

 

Le blues des agriculteurs

Sur notre territoire, environ 15 500 salariés ont déjà pu bénéficier du chômage partiel. Enfin, des prêts garantis par l’Etat ont été accordés à un millier d’entreprises. Mais certaines sociétés n’ont pas pu bénéficier de ces aides. C’est le cas par exemple de cet agriculteur installé à Régina. L’exploitation agricole a vu son chiffre d’affaire chuter de 80 %. Sa production était destinée à de grands groupes et des administrations.
Wang agriculteur
Wang agriculteur
 

« Personnellement, je n’ai pas fait encore appel à un dispositif d’aide, pour des raisons qui nous sont personnelles. On a un petit retard administratif qui nous empêche de faire cette demande d’aide.  J’avais quatre gros clients et aujourd’hui j’ai que la prison. La prison elle est là, les prisonniers, il faut qu’ils mangent tous les jours. Heureusement, j’ai ce client-là. Mais Servair, la Sodexo, toutes ces sociétés-là leur chiffre d’affaire a fondu, leur activité a fondu. Et en conséquence, nous qui sommes les fournisseurs, nos activités fondent ».

Wang, agriculteur à Régina


L’entreprise familiale a survécu au prix d’importants efforts, en diversifiant ses références, tout en proposant de nouveaux points de vente.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live