Les maires de Cayenne et Rémire-Montjoly sur le terrain pour mesurer les chantiers à venir

aménagement du territoire cayenne
Sandra Trochimara et Serge Félix
A l’extrême gauche Sandra Trochimara, au centre Serge Félix ©Mélodie Nourry

Des cités, des routes, les communes de Cayenne et de Rémire-Montjoly ont beaucoup en commun et surtout donc des problématiques communes. Hier, la maire de Cayenne Sandra Trochimara et le 1er adjoint au maire de Rémire-Montjoly Serge Félix, étaient sur le terrain.

Des cités, des routes…les communes de Cayenne et de Rémire-Montjoly ont beaucoup en commun…et surtout donc des problématiques inhérentes à ces infrastructures à régler. Après s’être renvoyé la balle pendant des années, les deux municipalités ont décidé de travailler de concert afin de venir à bout de ce qui ne va pas et qui se trouve à cheval sur les deux communes. L'objectif est d'améliorer le cadre de vie de leurs habitants respectifs. Hier, la maire de Cayenne Sandra Trochimara et le 1er adjoint au maire de Rémire-Montjoly Serge Félix, ont donc visité les sites qui devront bénéficier d’une attention particulière de leur part mais surtout d’aménagements concrets.

Tarzan, Bambous ou Petit-Lucas

Après avoir fait une halte à la piste Tarzan non loin du collège Justin Catayé, au squat des Bambous ou encore à Petit Lucas…la délégation composée d’élus, d’associatifs, de techniciens et policiers municipaux s’arrête près du terrain de tennis, route de Suzini. Devenue étroite - compte tenu du nombre de nouveaux logements récemment construits à proximité - cette route illustre bien la nécessité pour les deux municipalités de travailler conjointement comme l’explique Sandra Trochimara, maire de Cayenne : « Les problématiques que nous rencontrons sont celles liées aux déchets, à l’éclairage, à l’aménagement du territoire parce que la voirie n’est plus calibrée pour accueillir tous les résidents qui s’installent petit à petit tant du côté de Cayenne que du côté de Rémire-Montjoly donc nous avons pris en compte une réalité. Il n’est plus question que l’on prenne des décisions sans concertation. C’est ensemble que nous parviendrons à apporter aux administrés des réponses adaptées », insiste-t-elle.

Etat des lieux 

Des administrés qui malgré toute cette bonne volonté vont devoir attendre encore un peu avant que les chantiers ne démarrent prévient Serge Félix, 1er adjoint au maire de Rémire-Montjoly : « La première étape c’était déjà de visiter afin de voir ce qui va et ce qui ne va pas. La deuxième c’est de mettre nos services techniques au travail, ensemble, pour nous sortir un projet qui sera finalisé je l’espère, avant la fin de cette année et pourquoi pas, des premiers coups de pioche au trimestre de l’année 2022 ».

Satisfaction des riverains

Une attente qui ne gêne pas forcément  Gaëtan Lefort, porte-parole des riverains de Petit Lucas, des Encens ainsi que d’autres cités concernées. En décembre dernier, certains d’entre eux s’étaient mobilisés pour crier leur ras le bol concernant les problématiques récurrentes : « On voudrait toujours que ça aille plus vite, mais il faut rester raisonnable. On ne peut pas tout faire en quelques jours. Il va y avoir des discussions, des budgets à mettre en place donc ça prendra un certain temps. Mais au moins là on est sûr qu’il y a une action qui est enclenchée », se réjouit-il.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live