Social: problème pour l'avitaillement des avions à l'aéroport Eboué

social matoury
GPAR
Depuis mercredi les passagers ont subi de nombreuses perturbations sur les vols au départ de l’aéroport Félix Eboué. En cause des débrayages  des salariés du GPAR (groupement pétrolier avitaillement Rochambeau).
Les salariés de l’entreprise  réclament le respect du protocole d’accord signé en 2017 portant notamment sur les embauches en local. Conséquence de ce mouvement, le long courrier Cayenne-Paris de jeudi a été annulé. Face à la situation, la chambre de commerce et d’industrie de la Guyane  qui a la gestion de l’aéroport a demandé une sortie de crise rapide aux gestionnaires du GPAR. Pour la CCIG les choses sont claires, il  y va de l’avenir de la collaboration entre la CCIG et le GPAR    
Le litige au sein du GPAR a un impact sur le trafic aérien à Félix éboué. Retard, annulation de vol,  une situation qui a le don d’irriter les responsables de la zone aéroportuaire. Les dirigeants de la chambre de commerce et d’industrie sont prêts à prendre une décision drastique qui passerait par la case justice.
 

Le dossier pourrait se retrouver devant la justice si...

L’assignation au tribunal de grande instance de Cayenne pourrait être déposée dès lundi en cas de non accord, la CCIG réclamerait alors 100 000 euros au GPAR à chaque débrayage. La situation est tendue entre partenaires.
De leur côté, les personnels du GPAR réclament le respect du protocole d’accord signé en mai 2017  qui porte notamment sur les évolutions de carrière et les embauches en Guyane.   
Dans ce conflit, il semblerait que l’annonce d’une embauche extérieure à la Guyane pour un poste d’adjoint ait mis le feu aux poudres. Les agents du GPAR estiment que quatre candidatures locales auraient  été identifiées et que le respect des accords de 2017 doit être traduit concrètement dans les faits.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live