Changement climatique : ce qui pourrait attendre les Guyanais pour les 100 prochaines années

météo
La forêt vue depuis la trijonction entre le Brésil, la Guyane et le Surinam
La forêt vue depuis la trijonction entre le Brésil, la Guyane et le Surinam ©François-Michel Le Tourneau
Poursuite de la hausse des températures, diminution de la pluviométrie, renforcement de la vitesse des vents et diminution de la hauteur des vagues... Toutes ces évolutions pourraient bien être observées en Guyane dans les 100 prochaines années. Elles seraient alors des impacts du changement climatique.

A l'occasion de la restitution finale du projet GuyaClimat, le 20 octobre 2022, les scientifiques ont présenté les résultats de leur étude. Elle évoque les potentielles impacts du changement climatique sur l'évolution du niveau de la mer, des températures, des précipitations, des vagues et des vents sur le territoire guyanais.

Les auteurs du rapport, issus de Météo-France et du Bureau de recherches géologiques et minières, se sont servis de scénarios utilisés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et des données climatiques historiques, tout en prenant en compte les spécificités locales, pour obtenir ce résultat.

Une hausse du niveau de la mer

D'abord, dans un scénario intermédiaire, ils annoncent une élévation du niveau de la mer d’environ 84 centimètres (avec un intervalle d’incertitude compris entre 0.59 m et 1.17 m) pour l'horizon 2100, dans le cas d’un scénario où les émissions de gaz à effet de serre s’accéléreraient.

Justement, selon le dernier volume du 6ème rapport du GIEC, relayé par le Ministère de la Transition Ecologique, les émissions mondiales ont continué à augmenter fortement au cours de la dernière décennie. Les auteurs évoquent un autre scénario peu probable, mais à prendre en considération : en 2100, une élévation de plus de 2 mètres est plausible. Quoiqu'il arrive, après cette date, ces 2 mètres supplémentaires du niveau de la mer finiront par arriver un jour.

La plage de Montjoly avenue Caristan
La plage de Montjoly avenue Caristan ©CL

Il fera plus chaud !

Dans leur rapport, les auteurs de GuyaClimat envisagent également la poursuite de la hausse des températures. D'ici 2100, la température maximale pourrait être de 1,5°C à 2°C supérieure à l'actuelle (jusqu'à 33°C en saison sèche et 31°C en saison des pluies). L'utilisation de la climatisation sera, par conséquent, en augmentation elle aussi.

Quant à la minimale (qui va aujourd'hui jusqu'à 24,7°C en saison des pluies et 24,5°C en saison sèche) elle pourrait passer à 2,5°C, voire 3°C supplémentaires. Dans les pires scénarios, ces hausses franchissent la barre des 4°C. A ce jour, les deux extrêmes de température observés en Guyane sont 15.5°C (Saül) et 38.5°C (Camopi). 

Chaleur
©DR

Le vent soufflera plus fort

Puis, un renforcement de la vitesse des vents pourrait aussi être observé par les Guyanais d'ici 2100. Le vent moyen sur le littoral passerait ainsi d'une moyenne annuelle de 9 à 11,6 km. La force du vent sera plus puissante en saison des pluies.

La pluviométrie, justement, connaîtra une diminution significative : une variation de la pluviométrie annuelle de -3 à -26 %, voire de -10 % à -34 % dans le pire des scénarios. Moins de pluie, mais aussi de plus petites vagues, car elles auront moins d'énergie.

Inondations sur le Maroni
Inondations sur le Maroni ©DR

En conclusion, d'ici 2100, si ces prévisions se confirment, les habitants de la Guyane connaîtront : une augmentation des zones basses exposées aux submersions chroniques, l'intensification des nuits et journées chaudes, la multiplication des jours secs, la raréfaction des jours de fortes pluies et l'augmentation des besoins énergétiques en climatisation.

Source : GuyaClimat - Impacts du changement climatique sur plusieurs paramètres physiques en Guyane.

Pour aller plus loin, vous pouvez également visionner la restitution de l'étude auprès du grand public, lors du Café des Sciences.