CIC du 30 décembre 2021 : Le Préfet annonce la gratuité des tests et des mesures pour le soir du 31 décembre

Thierry Queffelec, préfet de la Guyane
Thierry Queffelec à la sortie de la CIC ©Guyane la 1ère
Plusieurs annonces ont été faites à l'issue de la cellule interministérielle de crise de ce 30 décembre 2021. Le Préfet a notamment indiqué la gratuité des test de dépistage du Covid, la mise en place d'un arrêté préfectoral pour le soir de la Saint-Sylvestre et une demande de prolongation de l'état d'urgence sanitaire.

Une nouvelle cellule interministérielle de crise s’est tenue ce jeudi 30 décembre 2021, à la Préfecture de Cayenne. A l’issue de cette rencontre, le Préfet n’a pas annoncé de couvre-feu (l’état d’urgence touchant à sa fin, il n’en a plus le pouvoir). Néanmoins, un arrêté préfectoral a été publié peu après la CIC. Ce dernier interdit la consommation de nourriture et de boissons alcoolisées sur la voie publique le vendredi 31 décembre après 22h00, soit le soir de la Saint-Sylvestre. 

On voit bien que les chiffres habituels sont en phase d’augmentation très forte. On a actuellement 300 cas quotidiens de personnes infectées par la Covid-19. Il est évident que, quand les chiffres changent à cette vitesse-là, c’est qu’il y a un problème. On peut tout à fait imaginer qu’Omicron est installé sur le territoire. Il n’est pas majoritaire mais fait suffisamment de dégâts.

Thierry Queffélec, Préfet de la région Guyane

Les tests de dépistage du Covid gratuits

A la suite de la CIC, Thierry Queffélec a également annoncé à la presse qu’il demandera à ce que l’état d’urgence sanitaire soit prolongé pour la Guyane. Cela lui permettra de mettre en place plus de mesures de freinage contre le Covid-19, telles que le couvre-feu ou le confinement. Pour rappel, la mesure doit prendre fin au 1er janvier 2022. 

Autre annonce importante : “On a obtenu, avec la directrice générale de l’ARS, depuis Paris, d’avoir la gratuité des tests [de dépistage du Covid-19] même si on n’est pas en état d’urgence sanitaire”, a déclaré le Préfet de Guyane.  Et de poursuivre : “si c’est gratuit, les gens feront cette démarche citoyenne de dire ‘je suis un possible contact avec mes amis, il faut que j’y aille’. On craint que, si c’est payant, les gens n’y aillent pas.