CIC exceptionnelle : Avis favorable pour le maintien des élections territoriales les 20 et 27 juin prochains. 

coronavirus
La CIC à la préfecture de Guyane
©Jocelyne Helgouach

Ce lundi 7 juin à la préfecture de Guyane, a eu lieu une Cellule Interministerielle de Crise (CIC) exceptionelle afin de receuillir l'avis du conseil scientifique et des grands élus sur le maintien des élections territoriales à venir les 20 et 27 juin prochains. 

Les grands élus ainsi que les membres du conseil scientifique, les représentants des socioprofessionnels étaient invités à la préfecture de Guyane, à Cayenne, pour donner leurs avis sur la gestion de la crise sur le territoire. Question au centre des échanges : le maintien ou non des élections territoriales à venir. Après une heure et demie d’échange, 85% des élus étaient favorable au maintien des élections les 20 et 27 juin prochains, selon François Ringuet, président de l’association des maires,

Deux maires ont voté contre : Jean-Paul Fereira, maire d’Awala-Yalimapo et Sophie Charles, maire de Saint-Laurent-du-Maroni.

Je l’ai déjà dit : je ne suis pas favorable au maintien de ces élections compte tenu du contexte sanitaire 

Jean-Paul Fereira

 

Ainsi, sur les quatre listes candidates pour les territoriales, seule la liste « Guyane » n’est pas favorable aux votes prévus dans deux semaines.

De son côté, Thierry Queffelec, préfet de région, n’étant pas décisionnaire, a indiqué que ces avis seraient envoyés au gouvernement afin qu'il donne son aval. Une décision qui devrait tomber avant la prochaine cellule interministérielle de crise prévue en fin de semaine.

Cette réunion a été l’occasion également, pour les participants, d’évoquer les diverses problématiques du territoire :

Comment est-ce possible de maintenir une vie démocratique tout sachant que les Guyanais ne sont pas libres de circuler comme ils le souhaitent ?

 

 

Il y a donc une nécessité d’assouplir les mesures de freinage notamment les couvre-feux  en semaine et le confinement du dimanche. 

Les mesures pourraient être assouplies dans les jours à venir. Toujours selon Thierry Queffelec, le taux d’incidence est en train de baisser, les capacités hospitalières aussi, ce qui pourrait se traduire par un contexte plus favorable au déroulé du scrutin.