publicité

La Cogumer épinglée par la Cour des Comptes

Usine de transformation des produits de la mer, la Cogumer est épinglée par la Cour des Comptes dans un rapport sur l'utilisation des Fonds européens. Elle a jugé disproportionné l'octroi de 2,5 M€ pour l'équipement de l'usine. Un avis que ne partage pas la direction.

Un des éléments de la chaîne de transformation de l'usine © Karl Constable
© Karl Constable Un des éléments de la chaîne de transformation de l'usine
  • Karl Constable/CL
  • Publié le
La Cour Des Comptes, qui a pour rôle de contrôler la gestion des fonds publics, a dévoilé son rapport sur l’usage des fonds structurels et d’investissements européens, dans les Outre-Mer. Dans l’ensemble les hauts magistrats constatent une bonne mobilisation de ces crédits notamment en Guyane, mais ils pointent un mauvais suivi des subventions et des choix de projets pas toujours judicieux.
Exemple en Guyane, avec une entreprise de transformation des produits de la mer, la Cogumer. En 2015 elle a reçu près de 2,5 M€ de subventions pour la construction et l’équipement d’une usine de transformation des produits de la mer, un investissement jugé disproportionné par l'organe de contrôle.


Pas de disproportion mais un investissement pour les 30 ans à venir selon la direction de la Cogumer

Selon les conseillers de la Cour des Comptes, à priori, la Cogumer, devait grâce aux fonds européens, doubler ses capacités de traitement des pêches, pour atteindre 1.000 tonnes par an, soit 1/3 tiers de la production locale de poissons et de crustacés. A posteriori, pour les conseillers  « cet investissement s’est révélé disproportionné par rapport à la fragile assise financière de la société. »
Le directeur de la Cogumer, Jocelyn Médaille proteste contrairement à ce qui se fait en Guyane, l'entreprise a vu grand tout de suite :

"... nous avons construit pour 30 ans au moins. On sait qu'avec l'augmentation de la population de a Guyane, l'export que l'on fait, la Cogumer exporte 70% de sa production, nous visons le marché européen et celui des Antilles, pour nous ce n'est pas disproportionné..."

Dans ses observations, La Cour note aussi, que l’année de la subvention, les deux dirigeants de l’entreprise se sont augmenter de 30 %. Là aussi à en croire les patrons il faut rectifier.
Jocelyn Médaille apporte des éclaircissements :

" En 2015, l'entreprise a fait des bénéfices, tout le monde a eu des primes y compris les dirigeants et depuis 2015 nous avons prouvé à la Cour des Comptes que les salaires des dirigeants ont baissé de plus de 40%."

Enfin le rapport, mentionne qu’au total, la puissance publique aura fourni plus de capitaux que les actionnaires et les banques, sans pouvoir peser sur la structuration du secteur, ni s’assurer que les retombées économiques attendues sont atteintes.
En conclusion la Cour des Comptes rappelle que : « Le fait qu’il s’agisse de fonds européens ne dispense en rien du respect des règles applicables ni du double souci de l’efficacité et de l’efficience qui doit caractériser l’emploi de l’argent public. »

Le reportage de Guyane la 1ère
La Cogumer épinglée

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play