publicité

Commémoration du 10 juin : un atelier de généalogie à la Collectivité Territoriale de Guyane

Un atelier de généalogie se tient dans le hall d’accueil de la Collectivité Territoriale de Guyane. Il a été mis en place dans le cadre des journées de commémoration de l’abolition de l’esclavage. La recherche généalogique se développe en Guyane et suscite l'engouement auprès du public.
 

Les équipes en place dans le hall de la CTG © Sébastien Laporte
© Sébastien Laporte Les équipes en place dans le hall de la CTG
  • Roland Pidery/CL
  • Publié le
Remonter à la source de ses origines, pour entrevoir grâce à la généalogie l’histoire de sa famille, celle de ses descendants, enlevés en Afrique pour une grande traversée de l’atlantique sur les bateaux négriers avant d’être débarqués en Guyane.
L’histoire de ces esclaves aussi dramatique soit-elle,  passionne, sous le prisme de la généalogie, de nombreux guyanais à l’instar de Nora Stephenson, professeur des écoles à la retraite :

"C'est important de savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va. On a toujours besoin de s'appuyer sur le passé pour agir sur le présent et l'avenir..."

Des outils administratifs sont utilisés pour mener à bien la recherche généalogique comme les inventaires, les registres d'état civil et même un guide de recherches généalogiques.
La consultation des documents © Sébastien Laporte
© Sébastien Laporte La consultation des documents
 

Les archives territoriales à l'origine de la vulgarisation généalogique

La discipline est nouvelle en Guyane, la dynamique qu’elle engendre s’est véritablement enclenchée depuis trois ans environ et les archives territoriales jouent un grand rôle dans le domaine de la vulgarisation. Mais la recherche généalogique peut aussi avoir des limites précise Georges Rech, le directeur des archives territoriales de Guyane :

"Pour la branche généalogique qui vient des anciens esclaves, le blocage c'est le moment où l'esclave est arrivé d'Afrique ... on ne peut pas remonter avant. Il n'y a pas de source en Afrique... sur la branche métropolitaine on peut facilement remonter jusqu'au 16è siècle en généalogie..."

De plus en plus de Guyanais s’intéressent à la généalogie, un mouvement de fond a pris corps et la tendance s’affirme au fil des ans. Pour preuve le succès populaire du village de la liberté inauguré en 2017 à Cayenne.
Au jardin Botanique 13 000  noms d’esclaves affranchis en 1848 sont inscrits sur des totems.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play